Features

Cameroun – Edéa: Un détenu décède au tribunal à l’ouverture de son procès

Antoine Ndonda se rendait à l’ouverture de son procès dans le cadre de l’affaire des neuf enfants disparus. Antoine Ndonda, 75 ans, l’un des huit détenus dans l’affaire des neuf enfants disparus du village Bolounga situé dans l’arrondissement de Mouanko, département de la Sanaga Maritime, est décédé mercredi 15 janvier 2014.

Le septuagénaire a été victime d’un malaise à l’entrée du Tribunal de première instance (Tpi) d’Edéa. Il est mort sur le champ. Son corps a été déposé à la morgue de l’hôpital régional annexe d’Edéa. D’après une source policière la veille déjà (mardi 14 janvier ndlr) Antoine Ndonda a été victime d’un malaise à la prison centrale d’Edéa où il était en détention provisoire lorsqu’on lui a annoncé la date de son procès. «Il s’est rétabli quelques heures plus tard. Et tout allait bien jusqu’à cet autre malaise mortel de mercredi matin» explique la source. Le procès a été renvoyé à une date ultérieure.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Antoine Ndonda Madeleine Manyanka Benjamin Edongue chef du village Bolounga et quatre autres suspects tous des notables du village sont accusés de pratique de sorcellerie à l’endroit des neuf enfants disparus de Bolounga. Ils sont soupçonnés d’avoir participé à la disparition de

ces enfants survenue le 30 août 2013 dans ce village du canton Malimba. Eugène Moamianguel le 9ème enfant disparu n’a pas été retrouvé jusqu’ici. Malgré toutes les recherches effectuées conjointement par les gendarmes policiers et habitants du village cet élève admis en 2ème année de maçonnerie au Cetic de Mouanko reste introuvable. Selon un habitant du village joint au téléphone par Le Jour les recherches ont été interrompues depuis le mois de novembre 2013. A l’en croire tous les villageois «sont convaincus de la mort d’Eugène Moamianguel».

En rappel huit des neuf enfants disparus de Bolounga ont été retrouvés le 10 septembre. 2013 après 10 jours de disparition. Ils ont par la suite été conduits à l’hôpital régional d’Edéa où ils ont passé deux semaines. Après leur guérison ils ont rejoint le Centre de rééducation pour mineurs de Bepanda (Ceremb) à Douala pour une cure de rééducation. Ils y sont toujours.

Le Jour Quotidien

Populaires cette semaine

To Top