Features

Camtel: Le DG Nkoto Emane au coeur de la distraction de plus de 9 milliards de FCFA en 5 ans

David-Nkoto-Emane-Camtel

C’est la conclusion partielle d’un enquête du contrôle supérieur de l’Etat au sein de la Cameroon Télécommunications pour la période de 2010 à 2015. Selon le Journal La Météo du jeudi 25 février 2016, David Nkoto Emane est attendu au Tribunal Criminel Spécial dans les prochains jours.

A l’origine de cette convocation, un rapport du Contrôle Supérieur de l’Etat (CONSUPE) qui éclaire sur la gestion des fonds publics de Camtel. Cette enquête a été faite en 2015, et recommande la saisine du Ministère de la Justice pour ouverture d’une enquête judiciaire, nous dit- le journal.

Selon des sources proches du journal, le Dg de Camtel aurait tout fait pour que ce rapport ne face pas surface. «Toute enquête le visant est généralement l’objet de blocage systématique», lit-on. Raison pour laquelle, ses bourdes financières sont «entourées d’un halo d’impunité».  Il bénéficierait de l’appui des personnes très hautement placées.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

D’après le journal, à Camtel, l’argent sort sans aucun contrôle. «4 milliards de FCFA de dépenses sans pièces justificatives entre 2010 et 2015. 162 180 000 FCFA débloqués sans contrepartie. Pour ce qui est des missions, à Camtel certains responsables ont le bon réseau», lit-ton. Le Dg est accusé d’attribuer des missions de manière irrégulière, ce qui a couté à l’entreprise la somme de 369 640 000 FCFA. Les avantages perçus par la direction générale s’élèvent à 452 956 000 FCFA au cours de cette période.

Selon les mêmes sources, David Nkoto Emane a pris pour habitude de tenir certains conseils d’administration à son domicile privé. «Pour la période 2010-2015, plus d’un milliards de FCFA ont été dépensés en jetons de présence», apprend-on des colonnes du journal. La maitrise d’oeuvre du projet Backbone a été «en toute illégalité» confiée à Camtel, avec à la clé 30 milliards 600 millions de FCFA. D’après le journal, des rapports indépendants du CONSUPE, de la Commission Nationale Anti Corruption (CONAC) et de la Chambre des Comptes, révèlent «des actes de prédations d’une rare ampleur». Avec ces frasques financières, il n’est pas étonnant que Camtel occupe la bas du tableau dans le classement des entreprises de communication électronique.

Géraldine IVAHA

Populaires cette semaine

To Top