Buzz

Cameroun: Buea quand une chasse aux sorcières vire au cauchemar

Les faits remontent aux premiers jours de janvier. Dans la nuit du 3 au 4 janvier, plusieurs édifices et commerces de la ville de Buéa (sud-ouest du Cameroun) sont complètement saccagés par les populations. À l’origine de ce mouvement de colère, des accusations de sorcellerieportées à l’encontre d’un groupe d’habitants de cette petite située à 80 kilomètres de Douala, la capitale économique du Cameroun. Ces «sorciers», explique le portail Cameroon Info seraient considérés comme responsables de nombreux décès à Buéa, dont celui d’une adolescente le 31 janvier 2013.

Si le calme revient peu à peu dans la ville, précise le quotidien Le Jour, dans un article repris par le portail Camer.be, les marques des actes de violence et de vandalisme sont encore visibles: une dizaine de maisons d’habitation, des commerces et des voitures brûlés.

«En discutant avec des habitants, j’ai pu me procurer quelques photos amateurs de cette nuit de violences. On y voit près d’une centaine d’habitants en furie brûler des objets sous les yeux des policiers, des gendarmes et du sous-préfet, qui ont été dépassés parce qu’il se passait», détaille Mathias Mouendé Ngamo, un bloggueur interrogé par le site des Les Observateurs de France 24.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Persuadée de l’existence d’une secte dans leur quartier, la population affirme avoir trouvé des objets étranges lors des «perquisitions» effectuées dans certains domiciles, rappellent encore Les Observateurs.

«Les gens m’ont expliqué que parmi ces objets récupérés dans les maisons il y avait des écorces d’arbres, des serviettes hygiéniques emballées dans des plastiques, un miroir avec des insignes bizarres et d’autres fétiches qui, pour eux, s’apparentaient à des preuves de sorcellerie», ajoute le bloggueur Mathias Mouendé Ngamo.

Toutefois, croit savoir les Observateurs, la sorcellerie ne serait pas la seule motivation des vandales. La principale cible de ces attaques était un riche Nigérian, ayant fait fortune dans le commerce de la banane.

Dans tous les cas, rappelle le site de La Nouvelle Expression, ce n’est pas la première fois que ce genre de rumeurs aux allures de mysticisme sème la panique dans la ville de Buéa. En novembre dernier, rappelle le quotidien camerounais, il avait fallu une intervention des forces de l’ordre pour disperser la foule devant un hôtel, où un homme y séjournant se serait transformé en python pour avaler sa compagne.

Via Slate Afrique

Populaires cette semaine

To Top