Features

Cameroun – Barrage de Memve’ele: Les travaux exécutés à 25%

Les responsables de cet important chantier rassurent que la production des 211 MW sera effective en 2017. Nyabizan, mercredi dernier, sur la rive gauche du Ntem, s’étend sur des milliers d’hectares, le chantier de construction du barrage hydroélectrique de Memve’ele, qu’on qualifierait bien de gigantesque.

C’est ici que seront produits en 2017 les 211 MW attendus qui renforceront l’offre énergétique du Cameroun. L’objectif on le comprend bien se révèle comme un véritable défi que se propose de relever la direction du Projet d’aménagement de Memve’ele.
Pour se rendre compte de l’avancement des travaux commencés le 3 janvier 2013 les membres de la Cellule d’appui à la maîtrise d’ouvrage accompagnés du directeur du projet Dieudonné Bisso étaient sur le site le 15 janvier dernier. Au terme de la visite du chantier les différents intervenants s’accordent à noter qu’après un an les avancées sont importantes et estimées globalement à 25%. Une donne encourageante qui laisse envisager que chaque année les réalisations avanceront de 25% jusqu’au début de la production de l’énergie électrique en 2016 avec une période d’essais et d’ajustements techniques menant à la mise en service des quatre turbines en 2017.

Sur le terrain les travaux se déroulent avec entrain. Ouvriers chinois et camerounais environ un millier s’activent sur plusieurs sites où sortent déjà des entrailles de la terre certaines composantes essentielles. Ainsi pour Olinga Mintanga le responsable technique du projet les ouvrages principaux ont démarré au même moment. A ce jour les fondations de la digue principale d’une longueur de 1850 m sont terminées. Ce qui donne une évaluation de 10%.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les évacuateurs de crue connaissent leur mise en œuvre progressive. Le canal d’amener qui devra conduire les 450 m3/seconde d’eau vers les turbines est réalisé à 35%. La construction de l’usine elle-même n’a pas commencé. Les travaux portent sur les excavations. Car la structure sera enfouie à une profondeur située entre 70 et 80 m dans un site escarpé se trouvant sur les gorges du fleuve. «Le traitement des parois commence. Il s’agit d’assurer la stabilité des talus avec du béton projeté » précise Smaoui Abdellatif géologue travaillant pour Coyne & Bellier/Isl maître d’œuvre.

Difficultés.
Si l’obstacle financier a longtemps été levé par l’accord de prêt du gouvernement les ingénieurs se sont vite retrouvés devant des difficultés réelles. En creusant pour la pose des fondations des différents ouvrages ils se sont retrouvés en bute à une roche souterraine entaillée et fissurée. D’autres obstacles géologiques inattendus sont aussi apparus à l’instar de la présence des poches de sable. Conséquence : il a fallu faire un travail préparatoire beaucoup plus important. A cela il faut ajouter la forte pluviométrie qui a rendu difficiles les terrassements initiaux sans oublier la gestion des personnels pour un climat social sain.

Délais à respecter.
C’est la plus grande pression sur le chantier. Un véritable défi à relever. «Je peux vous assurer que la mise en service de la première turbine c’est-à-dire la première production d’électricité aura bel et bien lieu en 2016 un an l’avance» précise le responsable technique qui ajoute: « 2017 est la date prévue pour la mise en service de toutes les quatre turbines »

Cameroun Tribune

Populaires cette semaine

To Top