Features

Me Pauliane Boum: «C’est la société Camrail qui a décidé de doubler le nombre de wagons»

Pour l’avocate, le système de freinage du train 152 qui a fait 79 morts et 600 blessés était défectueux. «Le conducteur essayait de freiner, mais ce sont les freins qui ne fonctionnaient pas du tout», dit-elle. Après l’accident ferroviaire du 21 octobre 2016, 28 familles affectées ont porté plainte contre la compagnie de chemin de fer Camrail. Elles envisagent aussi de porter plainte contre le groupe Bolloré et le ministère camerounais des Transports. Maître Pauliane Boum, l’une des avocates de ces 28 familles, a expliqué à RFI les raisons de cette plainte:

«Nous portons plainte parce que les trains faisaient l’objet d’une défectuosité à nulle autre pareille, le système de sécurité était déplorable, ce qui a notamment été révélé par plusieurs experts. Nous avons notamment fait une descente sur le site et les photos que nous avons pu prendre révèlent de manière indéniable que ces trains étaient… Les mots me manquent parce que c’est tellement ahurissant de savoir que des personnes qui sont censées conduire à bon port des vies humaines ne prennent pas la peine de respecter, ne serait-ce que les normes basiques de sécurité, que ces personnes ont entassé une bonne partie des passagers dans des wagons, comme du bétail, que ces personnes ont également eu à entasser des passagers dans les toilettes. Ce sont les témoignages que nous avons de certains survivants. Que ces personnes qui avaient une obligation de prudence n’ont pas pu assurer le minimum de sécurité».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pour elle, «c’est la société Camrail qui a décidé de doubler le nombre de wagons. Je pense que dans un souci de gains, la société Camrail a pris des décisions sans réfléchir». En plus, le système de freinage du train était défectueux, d’où l’inévitable catastrophe. «À la base, le système de freinage n’étant pas bon, n’étant pas le même sur tous les wagons, les wagons eux-mêmes étant pour la plupart défectueux, il était donc difficile qu’un voyage puisse être réalisé dans de bonnes conditions (…) Le conducteur ne peut pas avoir oublié de freiner ! Il essayait de freiner, mais ce sont les freins qui ne fonctionnaient pas du tout. Les survivants nous disent, qu’à peine le train avait quitté la gare, qu’on ressentait déjà une odeur de brûlé», explique-t-elle.

Après la plainte contre Camrail, d’autres plaintes vont être déposées contre l’État du Cameroun, représenté par l’administration du Transport, et contre des dirigeants sociaux du groupe Bolloré. «Celle-là, nous allons la déposer à Paris, en France», indique l’avocate. Depuis quelques jours, Camrail octroie des frais funéraires d’un montant de 1,5 million de FCFA aux ayants droit des disparus. Une somme jugée dérisoire «parce que si nous rentrons dans les calculs en termes d’indemnisation, c’est insignifiant ! Je serais même amenée à dire que c’est une insulte», dit Maître Pauliane Boum.

Source

Populaires cette semaine

To Top