Features

Cameroun: 12 otages libérés dans l’’Adamaoua

Cameroun-Boko-Haram-l’Extrême Nord-otages

C’est une opération inter-armée qui a permis de rendre la liberté à des captifs issus de la Tchabal. Alors que les ravisseurs ont pris la fuite, les investigations parlent d’exactions étrangères

L’annonce a été faite sur les ondes du Poste national de 19 mars 2016. Deux preneurs d’otages tués, un militaire et un civil blessés par balle, 12 otages libérés, quelques fusils de guerre récupérés. C’est le bilan de l’assaut donné par 200 militaires issus des 31e, 32e et 33e brigades d’infanteries motorisées de Ngaoundéré. Ils ont mené une opération coup de poing contre une bande de ravisseurs estimés à une trentaine d’hommes lourdement armés.Samedi 12 mars dernier, les truands ont nuitamment fait irruption dans la localité de Mbéwé Margol, non loin de Tchabal. Ils y ont kidnappé Mohamadou N. âgé de 42ans, ainsi que 11 autres personnes dont une fillette de 7 ans et un adolescent de 14 ans.  » A 23h, ils ont cogné à la porte. Je pensais que c’était l’un de mes frères. La porte une fois ouverte, ils m’ont tiré dessus. Ils étaient tous masqués et vêtus de noir », explique l’un des otages secourus.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les enquêtes menées ont conduit à l’organisation d’une battue a dans une zone escarpée et hautement montagneuse sous la houlette du Commandant de la 31e brigade d’infanterie motorisée, pour un résultat qui a su porter ses fruits. Occasion pour chef de troupe de saluer: « la détermination et la bravoure des éléments sur le terrain. La communauté des éleveurs est invitée à suivre l’exemple de la population de Tchabal qui parce qu’elle a coopéré, nous a permis d’avoir des résultats. »

Au final, le bilan humain de l’assaut fait état de deux preneurs d’otages tués, un soldat de deuxième classé blessé. Sur le plan matériel l’on parle de deux fusils de guerre dont un AK 47 et plus de neufs boites de munitions récupérées.Le gouverneur de la région de l’Adamaoua, Kildadi Taguieke Boukar, présent sur les lieux de l’opération a tenu a préciser que, « ces malfrats n’étaient pas en tenue militaire camerounaise mais d’origine étrangère. Leur faciès n’est non plus celui de Camerounais. C’est dire que nous sommes envahis par des malfrats venus d’ailleurs. »

Civils et militaires ont loué la coopération inter-armée à l’instar de l’appui aérien de l’Armée de l’air qui a assuré le transport des otages libérés et blessés par un hélicoptère MI 17.
Retranchés dans les collines et dans la broussailles, les ravisseurs quant à eux sont en fuite, toutefois les forces de l’ordre se veulent rassurantes, leur cavale sera de courte durée.

 Gaël de Souza

Populaires cette semaine

To Top