Features

Cameroun – #PetitPays contre #SamyDiko: Le film du clash sur internet

Il y a plusieurs jours, l’artiste Petit Pays accordait une interview à kamerdepanam.org, un site Internet des camerounais de Paris. Sous le titre « Samy DIKO m’a empoisonné« , l’Avocat défenseur des femmes n’y est pas allé de mains mortes, parlant de l’ingratitude de certains de « ses enfants », notamment de Samy Diko qui l’aurait empoisonné par jalousie…======================
Quelques extraits de l’Interview:

Petit-Pays qui se dit chrétien a-t-il déjà pensé à faire la paix avec Samy DIKO et ses autres enfants avec lesquels il est en froid depuis fort longtemps?

(Petit Pays devient soudain très calme et très posé) Je ne souhaite pas faire la paix avec des erreurs de la création. Vous savez, dans une usine de fabrication de chaussures, par exemple, toutes les chaussures ne sont pas parfaites. Il y en a qui présentent des défauts, devenant ainsi invendables. Le chef de production n’a pas d’autre choix que de jeter ces chaussures.

On peut dire que c’est ce qui s’est passé avec Samy DIKO?

Oui, bien sûr, c’est ce qui s’est passé avec Samy DIKO. Samy DIKO ainsi que les jeunes que j’ai encadrés étaient des enfants démunis, sans avenir certain. Je les ai pris sous mon aile, je leur ai donné un toit pour dormir, je les ai nourris. Je les ai conduits à l’hôpital quand ils étaient malades. Bref, j’ai été plus qu’un père pour ces enfants. Alors, quand certains qui pensent qu’ils ont réussi et qu’ils sont arrivés se lèvent aujourd’hui pour cracher dans la soupe qui les a nourris, je vous dirai comment peut-on faire la paix avec eux? J’estime donc avoir fait mon devoir de chrétien quand cela a été nécessaire.

Vous semblez échaudé par le problème Samy DIKO. Qu’est-ce que cela a changé en vous?

Non, le problème Samy DIKO ne m’a pas échaudé. Bien au contraire. Je continue de jouer mon rôle de mentor pour tous les jeunes qui font appel à mon soutien. Pour preuve, il y a un album des Sans visas juniors qui est en préparation, ce qui montre que ma capacité à «créer» de jeunes talents, comme Dieu a créé les anges Gabriel ou Raphaël qui lui sont restés fidèles, reste intacte. A ces jeunes, je leur fait profiter de mon expérience, de ma connaissance (il s’interrompt puis continue). Quant aux autres, ceux qui ont voulu détruire ma réputation, je dirai que ce ne sont pas de vrais artistes. Au lieu de me faire la guerre, ils auraient dû profiter et bénéficier davantage de moi. Mais étant donné qu’ils n’avaient pas un bon fond… La preuve est là, leur carrière commence à s’arrêter.

Quel est le problème de fond? Pourquoi un tel comportement d’ingratitude à votre avis?

Le problème de fond, c’est la nature de ces enfants. On dit souvent qu’un enfant ne naît pas mauvais. Je crois que c’est faux. Certains enfants peuvent être plus mauvais que les adultes. C’est simplement qu’ils naissent avec un mauvais fond. C’est le cas de Samy DIKO.

Il est un mauvais enfant car il n’a fait bénéficier son succès à aucun membre de sa famille qui continue de vivre dans une extrême pauvreté. En fait, s’il ne m’avait pas connu, il serait semblable à ses frères qui misèrent aujourd’hui. Le pire, c’est qu’il ne fait rien pour eux. Même lorsque son père est décédé, il a été incapable de faire quoi que ce soit. C’est moi qui ai préparé les obsèques, jusqu’à l’enterrement…

On a de la peine à le croire…

Et pourtant, telle est la vérité. Je me souviendrai toujours du jour où Samy DIKO est venu me voir pour la première fois. Il n’avait pas un toit pour dormir, rien à manger. Je l’ai pris avec bon cœur. Cela ne l’a pas empêché de se transformer en quelqu’un de jaloux. Il s’est permis d’aller voir mes amis comme Leonard Chatelain ou Eyebe LEBOGO qui je dois le rappeler est devenu portier et vigile en France, c’est la vie. Samy DIKO poussera le bouchon en m’empoisonnant pour que je meure, car, tant que je suis en vie, il estime qu’il ne peut pas briller… Alors dites-moi, comment voulez-vous que je puisse me retrouver dans une même pièce que Samy DIKO après tout ce qu’il m’a fait? Certes, j’ai pardonné, pour l’amour de Dieu. En revanche, qu’on ne me demande pas de me retrouver avec lui au même endroit. Tous ceux qui ont fait comme lui, vous verrez que leur carrière dandine. Par contre, ceux qui ont su faire preuve d’humilité et de reconnaissance évoluent. C’est le cas de Mathematik, Moni Eka pour ne citer que ces deux-là. Ce sont des bosseurs qui n’ont jamais voulu me faire du mal. Je suis leur père et je veux leur réussite. Un enfant ne peut pas voler et aller à l’aventure, souhaiter la mort de son père, puis revenir sans demander des excuses.

On a de la peine à croire que la seule ingratitude de Samy Diko puisse vous mettre dans un état pareil. Qu’a-t-il fait d’autre qui vous rend aussi mal en point?

J’ai souffert pendant 8 ans à cause des enfants que j’ai hébergés, qui ont osé me servir de la nourriture qu’ils avaient empoisonnée. J’ai dû dépenser 400 millions de FCFA pour sauver ma vie. J’ai été en Inde, au Nigéria, pratiquement partout dans le monde pour soigner le poison que Samy DIKO m’a donné.

Comment avez-vous démasqué les auteurs de cet empoisonnement?

C’est au cours d’un voyage chez les Manguissa, chez des villageois, que j’ai eu toutes les preuves que c’était Samy DIKO, un enfant à qui j’avais ouvert les portes du métier, qui était responsable de ma maladie.

Certains ont avancé que vous jalousez le succès de Samy, qu’en dites-vous?

Ce sont des personnes mal intentionnées qui s’avisaient à dire que j’étais jaloux, méchant, allant même jusqu’à prétendre que Samy DIKO faisait ma force. La question que je leur pose à présent est la suivante: si j’étais si jaloux, allais-je créer un autre groupe après ce que Samy DIKO m’avait fait?

Samy Diko est-il le seul enfant ingrat de Petit Pays?

Je citerai également le nom de Philippe MILOKO. Je l’ai hébergé, nourri. Qu’est-ce que je récolte comme résultat: de l’ingratitude, et du mépris. Au cours de ses interviews, à aucun moment il ne daigne me citer comme étant celui qui lui a ouvert les portes du métier. Il est temps que la vérité émerge. Tout ce qu’il raconte sur sa carrière est un tissu de mensonges.

Il faut que le plus grand nombre sache que ces ingrats sont de mauvais enfants qui n’ont droit ni au succès, ni aux honneurs et encore moins aux remerciements. Il faut que le peuple le sache. Ce sont des enfants qui sont prêts à vendre leurs familles pour le succès.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Et pour eux le succès se résume à avoir des rapports sexuels avec les filles, avoir de grosses voitures. Trouvez-vous cela normal ?

Y a-t-il des enfants de Petit Pays qui lui ont rendu satisfaction à ce jour?

Bien sûr, le tableau n’est pas complètement sombre. Je suis heureux de voir aujourd’hui comment mes autres fils, Mathematik et autres évoluent. Ils touchent leurs droits d’auteurs, gagnent leurs cachets. Ce qu’ils gagnent ne me revient aucunement, cela leur appartient. Je crois que l’une de mes missions est d’aider les jeunes. Je continuerai de le faire, quand bien même certains auront voulu ma mort. Ils ont voulu me tuer, mais Dieu ne le leur a pas permis, car je suis béni. Ils sont dépassés, étonnés. Ils sont jaloux, méchants, maudits et ne vont jamais émerger. Il faut que le monde le sache. Je ferai une conférence de presse au cours de laquelle je dirai ouvertement toute la vérité (des larmes coulent de ses yeux).

Vous avez vraiment de la peine…

Imaginez un instant… Les 400 millions de FCFA que j’ai dépensés en 8 ans pour me faire soigner auraient pu me servir à faire de nombreuses choses, comme construire des immeubles ici à Douala. J’ai accusé un retard important dans ma vie à cause des enfants que j’ai accueillis chez moi. Voilà la vérité, car il faut que les médias sachent que Petit Pays est venu pour aider les jeunes. A une certaine époque, très peu de jeunes avaient la possibilité de faire carrière dans la musique. Il n’y avait que des anciens. J’ai été un précurseur dans le fait de donner la possibilité à des jeunes de se faire connaître. C’est moi qui en premier ai montré à ces jeunes qu’ils peuvent vivre de leur art (avoir leur maison, leur voiture, etc.) sans avoir à faire les esclaves. Avez-vous vu Dina BELL, Ben DECCA, Moni BILE, Toto GUILLAUME faire la même chose? Qui d’autre a fait ce que j’ai fait pour les jeunes artistes camerounais? Personne! Car la plupart des anciens ont peur de la concurrence, de la relève. Ce n’est pas mon cas (Toujours en larmes).

Je suis heureux de voir comment Mathematik, Bisou Bass, Moni Eka s’en sont sortis. Ils sont propriétaires de leurs propres maisons, ils ont acheté des parcelles de terrain. L’épouse de Mathematik vit en France avec leurs enfants. Contrairement à tous ceux qui ont voulu ma chute qui sont aujourd’hui gigolos en Europe. Ils vivent chez des femmes car en Europe, ni leurs droits d’auteur, ni leurs salaires, ne leur permettent de vivre décemment.

Qu’ils le sachent, moi je vis au pays, je ne fais pas comme eux. Vivre à l’étranger n’est pas un signe de succès, qu’ils sachent que ça ne trompe plus personne. L’étranger, c’est la cachette des imbéciles. Moi je suis chez moi, par jour j’assiste plus de cinq personnes qui viennent me demander de l’aide. Ça peut être soit des ordonnances, soit des femmes enceintes qui ont besoin d’argent. J’aide les malades, les lépreux, les nécessiteux. Il faut savoir partager. S’ils sont aussi forts et grands, qu’ils viennent aussi ici. Il faut que le public sache que ce ne sont pas des personnes recommandables. Et quelques personnes comme TCHOP TCHOP le savent…
==================

La Réponse de Samy DIKO

« Monsieur Adolphe Claude Moundi Alias Petit Pays.

En ma qualité de Manager de l’artiste Samy Diko et en accord avec celui-ci, je me permets un droit de réponse suite à votre interview parue le 15 Janvier 2014 sur le site www.kamerdepanam.org.

Vous dites avoir accueilli Samy Diko affamé et sans abri. Faux! Lorsque Samy Diko intègre votre groupe, il est à peine âgé de 17 ans, vit chez ses parents et mène une adolescence normale comme tous les jeunes de son âge. C’est bien à votre demande qu’il quitte la maison familiale pour aménager chez vous. Il était donc de votre devoir de prendre soin de lui. Pas la peine de vous en vanter.

Contrairement à vos allégations, Samy Diko a toujours aidé sa famille à la mesure de ses moyens. Vous précisez que sa famille vit dans l’extrême pauvreté. Quand bien même elle était pauvre, comme vous le dites, est-ce une raison de s’en moquer? Dieu vous a donné la chance d’avoir votre pain quotidien. Remerciez-le au lieu de vous moquer de ceux qui, selon vous, n’en ont pas. Vous êtes un homme public en qui de nombreux jeunes s’identifient. Vous vous devez, à ce titre, d’être un exemple. Ce qui est loin d’être le cas.

Vous affirmez que Samy Diko fut incapable d’enterrer son feu père décédé. Dites-moi comment un enfant de 18-19ans qui n’a pas de revenus peut prendre en charge les obsèques de son papa. Pire encore, vous prétendez avoir organisé lesdites obsèques. De mémoire de Samy Diko, vous lui avez remis en tout et pour tout la somme de 10.000 FCFA (dix mille) suite au deuil de son papa. Et il est important de souligner que vous n’avez même pas daigné vous rendre au lieu du deuil. Comment prétendez-vous avoir organisé des obsèques auxquelles vous n’avez même pas assisté? Pourquoi ce mensonge gratuit?

J’en viens au point clé de votre entretien. Vous affirmez que Samy Diko a mis du poison dans votre repas pour vous tuer et encore, selon vous, vous avez dépensé 400.000.000 FCFA pour vous faire soigner 8 (huit) années durant. Quelle absurdité monsieur Moundi! Vos propos auraient un brin de crédibilité si, comme d’habitude, vous ne cherchiez pas une fois de plus à vanter votre soi-disant richesse. Ce serait les Manguissas qui vous auraient confirmé la participation de Samy Diko à votre présumé empoisonnement. Que vous passiez votre temps chez les charlatans et autres vendeurs d’illusions, c’est connu de tous. Vous n’avez fait que le confirmer. Mais de là à vous appuyer sur leurs présumés dires pour accuser publiquement quelqu’un d’empoisonnement, vous avez frôlé le ridicule et montré vos limites intellectuelles. Je vous pose trois questions simples:

1- Faut-il 8 ans et 400.000 000 F pour soigner un poison?

2- Samy Diko a quitté votre groupe en Mars 1996. Pourquoi avoir attendu 18 ans pour révéler publiquement ce présumé empoisonnement?

3- Un empoisonnement est un crime répréhensible. Pourquoi n’avoir pas attaqué Samy Diko devant les tribunaux?

Face à cette accusation gravissime et dénigrante, permettez-moi de vous dire ici que Samy Dicko vous attaquera en DIFFAMATION dans les prochains jours, auprès des tribunaux compétents au Cameroun et en France.

Restez Béni

Simon Mbenda
Manager Samy Diko
 »

Populaires cette semaine

To Top