Economie

Budget 2016: Priorité à l’achèvement des projets structurant

barrage-Memve’ele-budget-2016

Une circulaire du président de la République, Paul Biya, fixe les grandes lignes du budget 2016 et ses priorités, au rang desquelles l’achèvement des grands projets structurants de première génération.

La lettre circulaire du 13 août signée par le président de la République, Paul Biya, fixe les orientations générales de la politique budgétaire, ainsi que les dispositions pratiques pour l’élaboration du projet de loi de finances.

Le journal La Météo, parution du jeudi 20 août 2015, indique que selon ladite circulaire (n°001/cab/pr du 13 août 2015), l’objectif majeur pour l’année 2016 reste l’accélération de la croissance économique, pour la rendre plus forte, durable, inclusive et génératrice d’emplois.

De manière spécifique, souligne le journal, il s’agira de veiller à l’achèvement des grands projets structurants de première génération ; d’accélérer la préparation des grands projets de deuxième génération ;  de veiller au respect du calendrier de mise en œuvre de tous les projets programmés, d’accélérer la mise en place des infrastructures relatives à l’organisation des coupe d’Afrique de football de 2016 et 2019, d’accélérer la mise en œuvre du plan d’urgence triennal afin de redynamiser la croissance, d’intensifier les investissements dans l’agriculture…

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Dans cette perspective, le projet de budget de l’État devra être élaboré sur la base d’un taux de croissance du Produit intérieur brut (Pib) de 6%, un taux d’inflation de 2,8%, un déficit budgétaire (hors don) de 4,5% du Pib, un déficit du compte courant d’environ 4,3% du Pib et une production pétrolière quasi stagnante en valeur.

L’élaboration du budget devra se faire selon l’approche de la budgétisation par programme. Dans cette optique, les programmes devront découler des stratégies sectorielles élaborées sur la base des objectifs définis dans le Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (Dsce). Le chef de l’État demande également la réduction des délais de paiement des décomptes et des factures.

S’agissant de la politique budgétaire, la discipline devra être de mise. Dans cette même logique, l’amélioration de l’environnement fiscale des affaires devra se traduire par des mesures ambitieuses de simplification des procédures et d’allègement du coût de la discipline fiscale. Quant aux recettes douanières, leur accroissement devra être recherché à travers la rationalisation des exonérations, la poursuite de l’extension des contrats de performance, la consolidation de la plateforme d’apurement des créances des entreprises publiques…

Onana N. Aaron

Populaires cette semaine

To Top