Fashion

Brenda Biya seme la terreur dans une boite de nuit a Yaounde

Brenda Biya - Filles de presidents

Les sorties de la benjamine du couple présidentiel engendrent de nombreux réajustements, ce qui n’est pas au goût de tout le monde. Samedi dernier, la cérémonie d’intronisation de la nouvelle Miss Cameroun rassemblait du beau monde du côté du palais des Congrès de Yaoundé. Il est 1h du matin quand la cérémonie s’achève.

Les boites de nuit les plus réputées se remplissent, malgré la fine pluie qui mouille la ville. Alors que certains s’amusent dans l’un de ces établissements qui n’ouvrent que la nuit, il est pratiquement deux heures du matin lorsque les clients d’un night-club se rendent compte qu’un invité de marque les a rejoints. Assise dans le carré Vip près de la piste de danse, Anastasie Brenda Biya est entourée de ses amis. Autour d’elle, des hommes à la carrure imposante, habillés en civil, ont quadrillé son espace.

L’un de ces hommes est placé à l’avant du carré, l’autre à l’arrière, et deux autres non loin de la piste. Les gardes de la fille du président ont beau vouloir passer inaperçu, leur allure glace certains. Et, bien qu’ils soient silencieux, ils en imposent suffisamment pour influencer les autres clients de la boîte. Installés dans le salon adjacent à celui de Brenda Biya, une autre star et sa clique paient les frais de l’arrivée de la petite dernière du clan Biya.

Brenda Biya en boite de nuit

Brenda Biya en boite de nuit

N’ayant pas remarqué la présence de la jeune fille, l’un d’entre eux décide de se déplacer lorsqu’il est intercepté par l’un des gorilles de l’invité de marque. Sécurité oblige, une nouvelle trajectoire est imposée au voisin de salon de Brenda Biya. Impossible de passer par l’arrière de la fille du président. L’avant est tout aussi contrôlé. La seule possibilité est de contourner la boîte de nuit. Autre chose, les personnes voulant se prendre en photo non-loin de la star de la soirée, ou avec elle, ne le peuvent pas. Pour cause, il y a quelques mois, en janvier dernier, le propriétaire de l’établissement se faisait retrousser les bretelles après qu’une photo de Brenda Biya à ses côtés dans la boîte de nuit a envahi internet. Depuis, les apparitions de la petite sœur de Franck Biya à cet endroit se sont faites rares.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Et, dès lors, la sécurité autour de sa personne est renforcée lorsqu’elle est présente en ces lieux. De sources concordantes, c’est par l’issue de secours qu’elle quitte l’établissement. Et, l’équipe de la boîte prête mains fortes à ses gardes du corps pour s’assurer qu’elle s’amuse dans un carré strictement intime. Son voisin malchanceux de samedi dernier raconte : « elle-même n’avait pas le droit de quitter son carré. Ses amis et elle dansaient uniquement là. On a vu aucun d’entre eux sur la piste ». N’empêche, la boîte de nuit dont le propriétaire préfère taire le nom, n’est pas le seul établissement où la « petite » Biya et son entourage ont changé le cour d’une soirée.

Il y a plus de trois mois, c’est dans une boite de nuit plus jeune que la première que Brenda et ses amis avaient décidé de faire la fête. En début de soirée déjà, le Dj n’a cessé de scandé l’arrivée d’un invité de marque. Personne ne se doutait alors qu’il s’agissait de la fille du président. Quelque temps avant son entrée, les personnes assises à côté de la place que les gérants de l’établissement ont décidé de lui attribuer se voient proposer de changer de place. La proposition faite poliment devient une menace de se faire expulser lorsque les clients refusent de bouger d’un centimètre. « Nous avons payé pour être assis à cette place, et nous nous y plaisions » raconte l’un des clients chassés. Ces propos n’auront pas suffi à convaincre les responsables de la boite qui vont mettre les clients récalcitrants à la porte avant qu’elle-même n’arrive.

Des frasques comme celle-là sont nombreuses. Voulant vivre comme une fille normale de son âge, Brenda Biya multiplie les sorties dans les lieux huppés de la capitale. Au grand damne des autres habitués desdits lieux. Présente sur les réseaux sociaux comme toutes les autres adolescentes, la moindre photo d’elle fait parler. Ses sorties sont scrutées ce qui éloignent la plupart des gens de son jeune âge. Son frère Junior plus discret serait alors moins tape-à-l’œil et suscite moins de curiosité que la « princesse moderne » que Brenda tend à être.

© Le Jour : Flore Edimo

Populaires cette semaine

To Top