Features

Brenda Biya joue dans l’équipe adverse

Brenda-Biya

Indiscrétion, extravagance, poids menaçant de l’intoxication, tentative de meurtre, vulnérabilité de l’image du président et toutes les brèches qui peuvent s’ouvrir aux adversaires politiques de son père sont entre autres les grains de chapelet enfilés dans le cas Brenda BIYA aux Etats Unis qui donne depuis quelques jours les insomnies à Etoudi. Activistes et adversaires espèrent !

Visiblement, le Cameroun, plein de plus de 20 Millions d’habitants, serait plus aisé à maitriser qu’un seul enfant. Depuis quelques mois, l’on voit défiler sur internet, les scènes et images attribuées à Brenda Eyenga BIYA aux Etats-Unis où elle est sensée poursuivre ses études, la vouant à l’addiction aux stupéfiants, chose qui n’honore pas papa. Ces pratiques viennent d’atteindre la cote d’alerte ébranlant l’intégrité et la stabilité qu’a toujours dégagé la famille de S.E. Paul BIYA, le Chef de l’Etat du Cameroun.

Indigné par les dégâts conséquents à l’addiction de sa fille à la drogue dont l’overdose a d’ailleurs conduit à son internement dans un hôpital de Los Angeles d’où elle n’est sortie que le 13 mai dernier, Paul BIYA charge Chantal son épouse d’instructions fermes et la dépêche daredare aux Etats-Unis. Entre autres instructions reçues, la première dame se devait de ramener sa fille du Pays de l’Oncle Sam.

Mission impossible

Aux USA, Chantal se presse de dérouler la liste d’instructions de son époux à Brenda. Tout se passe en fait comme prévu jusqu’au moment où la résidante de Beverly Hills, apprend l’idée de quitter le pays. « Folle Idée » à laquelle elle a opposé un non catégorique. Mais elle ne se contentera pas des seuls mots. L’on apprend qu’elle est passée au saccage et a fait passer ses gorilles, ses servantes et même sa mère sous la menace d’un couteau.

Une entreprise de sauvetage est rapidement orchestrée par les voisins qui appellent le 911-police-secours. Précipités sur les lieux pour menotter la benjamine de la famille BIYA, les policiers constatent que la suspecte possède un passeport diplomatique qui, en fait rend impossible son arrestation. C’est alors que l’affaire est confiée au procureur de Los Angeles, une convocation est délivrée afin que Brenda puisse se présenter devant le juge et répondre de ses actes. Signalons que selon le Droit américain, celui qui se sert d’une arme (à feux ou blanche) pour des menaces est passible d’une incarcération. Brenda y échappera-t-elle à l’issue de cette audience qui a lieu ce 1ER juin ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L´Intervention de Papa

Depuis le Cameroun, Paul BIYA qui suivait le cours des évènements, appela et ordonna sa fille de se rendre à Genève en Suisse où il devait la rejoindre quelques jours plus tard.

Vendredi le 27 mai 2016, un communiqué de la Présidence du Cameroun avait justement fait état d’un voyage de Paul BIYA en termes de « court séjour privé en Europe ». Même-si ledit communiqué a gardé le silence sur la destination exacte du Chef de l’Etat, les observateurs s’accordent que le vol présidentiel a bel et bien pris la direction de Genève où l’attendaient déjà les deux protagonistes Chantal et Brenda BIYA.

Cette dernière va-t-elle avouer devant son père les faits qui lui sont reprochés ? Certainement pas si l’on en tient à une de ses sorties sur sa page facebook du 19 mai où elle tentait de nier le fait qu’elle ait lutté avec sa mère. « Nos mères quand elles veulent te frapper et tu bloques avec ton bras. Elles vont raconter à toute leur famille que t´as bagarré avec elle », se lamentait-elle sur faceboook.

Incidences

Cette affaire, malgré toute la discrétion avec laquelle le président Paul BIYA réputé pour son silence éloquent et sa grande pondération aurait voulu la gérer, elle n’a pas tardé de fuiter permettant à l’opinion de glaner des réponses sur certaines questions, notamment la brillante absence de la première dame aux côtés de son époux qui avait fait écho lors de la célébration de la 44ème fête nationale le 20 mai dernier.

Par ailleurs, au lieu d’aller se décontracter dans son Mvomeka’a natal profitant de la fraicheur d’un environnement naturelle après un agenda aussi chargé que celui qu’il a parcouru ces derniers jours, Paul BIYA est contraint d’aller régler les problèmes de délinquance et de drogue qui crachinent sur la tête de sa fille. Pour l’heure, D’aucuns voient déjà en cette crise familiale pressante sur le président camerounais, ajoutée à celle qu’impose la gestion du Pays, l’un des facteurs qui vont précipiter son départ aux affaires avant 2018, année des élections présidentielles au Cameroun. Activistes et adversaires espèrent !

Franck Olivier BIYA

Populaires cette semaine

To Top