Pour son premier combat sur l’île de la Réunion depuis les JO, Le franco-camerounais Hassan Ndam Njikam a expédié son adversaire ce samedi avec un crochet « venu d’ailleurs ». Il n’avait pas la faveur des pronostiques, le Camerounais après son épopée de Rio de Janeiro où il s’est fait éliminer au premier tour du tournoi de boxe des Jeux olympiques au Brésil. Mais Hassan Ndam Njikam et plusieurs autres techniciens du noble art l’avaient expliqué : plusieurs aléas n’avaient pas joué en sa faveur.

Wilfried Seyi ayant déjà occupé la place des moins de 75 Kgs pour le Cameroun, il a fallu à Hassan de s’aligner chez les 81 Kgs. Et le passage brutal de la boxe professionnelle à celle des combats amateurs était l’autre aléa sérieux. En grand champion, le natif de Foumban a contacté un spécialiste qui lui a permis de perdre 12 kilogrammes avant son combat de ce samedi. Le résultat est sans précédent : un des Knock Out (K.O) les plus rapides de l’histoire des combats de ceintures. 22 secondes, une attaque du gauche et un crochet du droit, et le tour a été joué. Hassan Ndam récupère la ceinture de champion du monde WBA des poids moyens que portait de façon intérimaire son adversaire le Vénézuélien Rodolfo Blanco. Hassan Ndam était le premier étonné de sa victoire, même s’il était préparé : « J’étais encore dans la période de préparation, mais je savais qu’il avait ce bras gauche avant, qui est bas, forcément, parce qu’il vient des amateurs. Je savais que je devais passer ce crochet du droit, et il est passé.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

J’étais vraiment prêt, j’étais concentré, c’est le nouveau Hassan, c’est la renaissance, je pense qu’on est parti pour écrire une grande histoire, savourait le héros, partagé entre l’émotion et l’ivresse au micro d’une chaîne de télévision française. On va continuer à travailler, on va rester humble, ce n’est qu’une étape. C’était inattendu, mais je le savais, j’avais fait une grosse préparation pour ça ». Pour ce combat, le Camerounais a fait une préparation intense qui a duré deux mois aux Etats Unis d’Amérique. A 32 ans, c’est un nouvel Hassan Ndam qui est né.


Source