Actu'Décalée

Boko Haram – Un présumé espion infiltre la réunion de Yaoundé

palais-des-congrès-Boko Haram

C’est une scène inédite qui se déroule au palais des Congrès de Yaoundé, qui abritait du 5 au 7 Fevrier 2015, la réunion des experts sur la mise en place d’une mission multinationale contre Boko Haram. Un homme, un peu moins de la trentaine, le faciès et la corpulence sahéliens, une chemise claire carrelée de bleu, est appréhendé par les éléments de la sécurité de la réunion alors que les experts -pour l’essentiel des militaires venant de la Cedeao, de la force de la Cemac, ceux de la Commission du bassin du Lac Tchad, de la Ceeac, de l’Union africaine, et des pays tels la France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis ou encore le Canada- planchaient sur les règles d’engagement de la force multinationale contre Boko Haram.

L’inconnu, très assidu au cours des travaux, attire tout d’abord l’attention sur lui par le fait qu’il ne porte aucun badge d’identification contrairement à tous les participants, confie un fonctionnaire de sécurité sous anonymat. Sur le questionnement d’un membre de la sécurité, l’homme, va dans un premier temps, affirmer qu’il travaille pour le service d’entretien du palais des Congrès. Ce qui ne va faire qu’accroître la suspicion de la Sécurité.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Conduit hors de la salle des travaux, une première tentative d’identification permet de découvrir un bloc note sur lequel est noté premièrement «réunion de», un appareil enregistreur, des stupéfiants, des cartes Sim dans les poches, et des cartes d’identité. L’homme baragouine du français avec un fort accent. «C’est mon Dg qui m’a envoyé suivre la réunion», révèle-t-il. Difficile de lui donner une nationalité, reconnaissent les membres de la sécurité.

Mais pour eux, il n’y a que peu de place au doute: cet homme ne se trouve pas dans cette réunion par hasard. Ce d’autant plus que ce qui y est discuté est hautement confidentiel soutien un militaire. Sans confirmer qu’il s’agit bien d’un élément de la secte islamiste Boko Haram, la sécurité de la réunion des experts convoquée par l’Union africaine à la demande des pays membres de la Commission du bassin du Lac Tchad, laisse entendre que Boko Haram a tenté d’infiltrer les travaux de Yaoundé. L’inconnu a été remis aux éléments du commissariat du 8eme arrondissement pour une première exploitation.

Ludovic AMARA (Stagiaire)

Populaires cette semaine

To Top