Features

Boko Haram : Prisonniers et rançons en échange ?

boko-haram-kolofata-cameroun-gouvernement-Abubakar-Shekau

Le Cameroun pour obtenir ces libérations a fait des concessions.

Boko Haram a-t-il libéré les 27 otages par gentillesse ? Il serait absurde de le croire. Interrogé sur la question par Rfi, Issa Tchiroma Bakary, le ministre de la Communication a botté en touche et déclare qu’il faut plutôt se féliciter de ce dénouement heureux. Un dénouement qu’il attribue à Paul Biya, le président de la République. C’est donc le premier acteur de cette libération. Ferdinand Ngoh Ngoh en uniforme du Bir est ses oreilles et ses yeux…sa poche aussi.

Mais pourquoi Ngoh Ngoh choisit l’uniforme d’un corps de l’armée ? « C’est le Bir qui a fait le boulot », croit savoir une source. Au fait comment ces otages ont été libérés. Eh bien, selon nos sources, tout s’est passé au niveau de la frontière entre le Cameroun et l’Etat de Borno au Nigeria. Le lieu se situerait selon des sources non loin des zones du département de Mayo Sava où les otages ont été enlevés. Après les conclusions, les otages ont été libérés. Le Cameroun a, selon nos sources, fait des concessions.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Libération des membres de la secte islamiste Boko Haram

Des éléments de la secte Boko Haram détenus en territoire camerounais auraient été élargis en contrepartie. De l’argent aussi. Beaucoup. « Il s’agit d’une négociation, que voulez-vous », lâche notre informateur. Le Cameroun aurait donc, pour obtenir ces libérations non seulement donné de l’argent, mais aussi libéré des membres de Boko Haram. Mais pourquoi, ces négociations ont trainé. Selon nos sources, il était question de régler les anciennes notes. Notamment celles relatives à la libération des religieux de Tcheré. « Le Cameroun n’avait pas honoré certains de ses engagements. Et la secte islamiste Boko Haram n’a pas voulu cette fois-là tomber dans le même piège. Et le Cameroun ne pouvait pas aussi céder facilement comme ça », commente cette source.

Une autre croit savoir que les deux parties détennaient, de part et d’autres des otages en or. La secte islamiste Boko Haram avait entre ses mains non seulement l’épouse d’un Vice- Premier ministre, mais aussi une importante autorité traditionnelle. L’Etat lui gardait dans ses geôles des éléments importants de la Shura(organisation) de cette secte. La négociation devrait être âpre surtout que la confiance n’existait plus entre les deux parties.

Ces négociations ont abouti samedi. Et le soir les otages ont été libérés. Ils sont conduit d’abord au 1er Pc du Bir. Ngoh Ngoh logé dans un hôtel les y rejoint, s’habille en tenue du Bir et les embarque pour l’aéroport de Salak. Puis destination Yaoundé. Ils sont arrivés à 10h. Mais qui a donc fait quoi dans cette libération. Il s’agit de l’ancienne équipe. Ngoh Ngoh pour l’argent et les caméras, Abba Malla pour le reste.

© Le Jour : Younoussa Ben Moussa

Populaires cette semaine

To Top