Features

Boko Haram: L’Union africaine approuve une force de 10.000 hommes

Nkosazana-Dlamini-Zuma-boko-haram-ua-l'Union africaine

Par son Conseil de paix et de sécurité, l’organisation panafricaine a donné son accord pour que la Force mixte multinationale compte au finish un millier d’hommes de plus que ce qui avait été proposé par les pays de la Commission du bassin du lac Tchad.

De 7500 hommes au départ, puis 8700 après la réunion des experts des pays membres de la Commission du bassin lac Tchad (Cblt) tenue les 5,6 et 7 février à Yaoundé, Voici que l’Union africaine donne son accord pour que la Force multinationale mixte (Fmm) compte pas moins de 10.000 hommes.

Convoqué le 03 mars dernier à Addis-Abeba en Ethiopie pour sa 489ème session, le Conseil-de paix et de sécurité de l’Union africaine (Copax) a rendu ses conclusions pour permettre la neutralisation effective du groupe terroriste Boko Haram par la Fmm. Du communiqué final de ces travaux, on retiendra que le Copax «autorise une augmentation de l’effectif initial de la Fmm de 7 500 à 10 000 personnels militaires et autres à fournir par les États membres de la Cblt et le Bénin». Par la même occasion, l’Ua approuve le Conseil stratégique des opérations (Copops), le document opérationnel de la Fmm contenant, entre autres, les règles d’engagement des forces coalisées contre Boko Haram.

Le Copax de l’Union africaine, après avoir approuvé toutes les décisions prises par la réunion des experts de la Cblt et celles du sommet extraordinaire des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac), en appelle désormais à l’Organisation des Nations-Unies (Onu). En effet, l’Ua exhorte les Nations-Unies à «adopter de toute urgence, en vertu du chapitre VII de la charte des Nations-Unies, une résolution qui: (i) entérine le déploiement de la Fmm; (ii) rend possible la mise à disposition d’un soutien durable, flexible et prévisible au profit de la Fmm, y compris à travers un mécanisme de soutien innovant, en s’inspirant des enseignements tirés d’expériences passées et en cours dans le cadre d’opérations conduites par l’Ua». En d’autres termes, l’organisation panafricaine, demande l’onction de l’Onu pour cette opération, et par voie de conséquence, son soutien financier et matériel.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Avril 2015

En plus de cette demande de l’Ua en direction des Nations. Unies, la Commission de l’organisation compte sur les «partenaires bilatéraux et multilatéraux qui soutiennent les pays de la région et les encourage à renforcer leur appui ». De même qu’elle «en appelle aux Etats membres de l’Ua et à d’autres membres de la communauté internationale à fournir tout l’appui nécessaire à la Fmm, y compris une assistance financière et logistique, des équipements, ainsi qu’un soutien renforcé et en temps réel dans le domaine du renseignement, en vue de faciliter l’opérationnalisation intégrale et diligente de la Fmm».

Comme l’avait annoncé Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française en visite le 21 février dernier au Cameroun, une conférence des donateurs pour financer la guerre contre Boko Harem va être organisée. L’Union africaine émet le vœu que cette rencontre se tienne en avril, plutôt qu’à la mi-mars comme initialement prévue. Le ministre Laurent Fabius avait également annoncé pour avril, le vote d’une résolution de l’Onu sur Boko Haram, rappelant à l’occasion que le Tchad et le Nigéria actuellement engagé contre la secte, sont membres du Conseil de sécurité élargi des Nations-Unies.

Ludovic AMARA (Stagiaire) 

Populaires cette semaine

To Top