Features

Boko Haram: Les forces de défense prêtes pour la bataille

Garissa-lutte-présumés-boko-haram-camer24

« Vous devez vous investir sans ménagement pour détruire et réduire cette secte à sa plus simple expression. Vous n’avez pas le choix. Vous devez réussir ou c’est vous qui allez disparaître. » Hier à la place des fêtes de la ville de Maroua, le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef) s’est voulu sans équivoque pour les colonels Jacob Kodji et Souleymanou Massokano respectivement installés dans leurs nouvelles fonctions de commandant par intérim de la région militaire interarmées n°4 (RMIA4) et de commandant de la 4e Région de gendarmerie.

Les deux premiers responsables de ces unités créées à la suite des textes signés le 14 août dernier par le chef de l’Etat. Plus que partout ailleurs ; et au regard de ce que la région qui les accueille est devenue le principal terrain d’opération de la secte islamiste Boko Haram en terre camerounaise, la foule nombreuse, constituée également d’une partie de l’élite locale, des membres du parlement et des populations venues nombreuses, a compris le bien-fondé de cet ordre du ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o aux deux officiers qui ont été installés.

Le Mindef leur a rappelé le contexte de leur nomination, caractérisé par les dernières exactions de Boko Haram ici et qui se sont récemment soldées par la mort de plus d’une dizaine de personnes et l’enlèvement d’autant d’autres dans la localité de Kolofata et à Ziguagué. Les deux hommes ont ainsi compris, devant une foule enthousiaste qu’ils ne bénéficient d’aucun état de grâce dans l’accomplissement de leurs missions. Car, et le ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o l’a fort opportunément rappelé aux colonels Kodji et Massokano, ils doivent immédiatement s’engager dans leurs nouvelles tâches. Et pour y parvenir, le Mindef en a appelé au soutien de l’ensemble de la population de la région de l’Extrême-Nord et du département du Mayo-Louti qui est militairement rattaché à la RMIA4.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Ce n’est pas qu’une affaire des militaires », a dit Edgard Alain Mebe Ngo’o aux populations et à l’élite locale présentes à la cérémonie. Car, au-delà de la lutte contre Boko Haram, les commandants des RMIA4 et de la 4e Région de gendarmerie doivent aussi s’investir dans la protection des personnes et des biens. Bien plus, ils doivent accorder une attention particulière aux communautés étrangères installées dans la région, et particulièrement les autorités religieuses. Ils doivent, en outre, œuvrer à l’éradication d’autres menaces qui pèsent sur la région, et qui parfois sont le fait de l’instabilité qui règne chez certains de nos voisins. Il s’agit des militaires en errance, de la circulation des armes et des munitions de tous calibres, le braconnage à l’arme lourde. Face à leurs hommes, et comme le leur a indiqué le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, les deux chefs militaires doivent être des exemples. « Soyez des chefs irréprochables. Soyez proches de vos hommes et en permanence sur le terrain », leur a-t-il recommandé.

Comme dans le cadre de la RMIA3 la veille, les deux nouveaux commandants ont reçu du ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, le drapeau de la République. Une nouvelle page dans la guerre annoncée contre Boko Haram par le président de la République s’est ouverte avec la prise de commandement des nouveaux responsables de la quatrième région militaire interarmées.

Jean Francis BELIBI | Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top