Features

Boko Haram: Le premier choc de la coalition Cameroun-Tchad

criminalité-Kolofata-Cameroun-l'Extrême-Nord-Boko Haram-Fotokol

Sans s’être véritablement déployée, elle a été surprise par la secte islamiste qui a enlevé une quatre vingtaine de personnes dans l’Extrême-Nord du pays, dimanche 18 janvier dernier. Les soldats tchadiens, accueillis en grande pompe dès leur arrivée dans l’Extrême-Nord, pour aider le Cameroun à repousser la secte terroriste dans ses derniers retranchements, n’auront pas de temps de répit. Puisque une journée seulement après avoir déposé leur valise sur le sol camerounais, Aboukar Shekau et les siens ont encore frappé.

Cette fois, ils ont réussi l’exploit de réaliser leur plus important rapt jamais réalisé en territoire camerounais. Puisque, diverses sources s’accordent à dire que dans la matinée du dimanche 18 janvier 2015, ce groupe de sans scrupules, a orchestré des attaques dans plusieurs villages camerounais, situés dans l’arrondissement de Mokolo dans la Mayo Tsanaga. Comme dans la plupart de leurs attaques, ce nouveau raid a été meurtrier. Des sources non officielles, font état de trois morts. En plus, les terroristes auraient fait captifs, près de quatre-vingt personnes dont une majorité de femmes et d’enfants. Après avoir mis le feu à deux villages, les combattants ont ensuite pris la route du Nigéria. Leurs incursions dans cette zone étant récurrentes, beaucoup d’habitants, et la plupart des policiers en poste près de la frontière nigériane ont fui plus à l’intérieur des terres. D’après la Crtv, l’intervention des forces armées camerounaises a permis de libérer une vingtaine d’otages.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Face à ce premier échec, l’armée tchadienne se veut rassurante. « Nous allons progresser demain (ce lundi 19 janvier 2015, ndlr) vers l’ennemi», a déclaré à l’AFP dimanche soir, le colonel tchadien Djerou Ibrahim, qui dirige l’opération.

Cette autre attaque qui intervient lorsque le Tchad vient tout juste de s’allier au Cameroun dans cette lutte, à travers l’envoi d’un important contingent de militaires, est une autre démonstration de la force de frappe de ces terroristes. Bien plus, un message fort à la communauté internationale dont les puissances mondiales tardent à prendre la menace Boko Haram avec le plus grand sérieux, sur l’horreur qui pourrait encore arriver.

VT

Populaires cette semaine

To Top