Features

Boko Haram : Le bilan des attaques dans l’extrême-Nord

criminalité-Kolofata-Cameroun-l'Extrême-Nord-Boko Haram-Fotokol

Voici bientôt trois ans que la région de l’Extrême-Nord est touchée de plein fouet par le terrorisme de la secte Boko Haram. Malgré les sacrifices consentis par les forces de sécurité pour endiguer les incursions de plus en plus fréquentes de ce groupe armé, il reste qu’à ce jour, le tribut payé par les populations est déjà lourd. Pas un seul jour désormais sans qu’un compatriote ne perde la vie du fait des agissements de cette secte.Pour donner à ses lecteurs quelques repères datés sur le sujet, votre journal récapitule pour vous, les principales attaques enregistrées depuis mai 2014.

MAI 2014

Dans la nuit du 30 avril au 01 mai 2014, 06 individus attaquent le poste frontière de la police de Goulfey. L’inspecteur principal Abakachi Abakoura, de service, est grièvement blessé au cours de l’assaut et son arme, un PA de marque Browning, emportée. Le nommé Antoine Nagassou, agent d’entretien dans ledit poste, reçoit pour sa part, de la part des assaillants, une sévère bastonnade. Cette attaque sonnait comme un avertissement sans frais.

L’une des attaques les plus spectaculaires enregistrée ces derniers mois a lieu dans la nuit du 04 au 05 mai 2014 quand la brigade de gendarmerie de Kousseri est attaquée par des membres de la secte Boko Haram à bord de motos et lourdement armés. L’adjudant chef Daniel Dapsia, de service ce jour, et un gardé à vue du nom d’Ibrahim Bouba trouvent la mort au cours de l’assaut. Alhadji Moustapha, interpellé la veille par des éléments du 340eme CAC de Maltam entre Zigué et Waza et considéré comme un membre important de la secte, est libéré par ses camarades qui ont aussi emporté trois Kalachnikov, 01 fusil d’assaut léger (Fal) et une importante quantité des munitions.

Quelques jours plus tard,06 individus armés non identifiés font irruption aux domiciles de Hashehed Digui et Bivara Patrak dans le village Modoko-Koza, dans la nuit du 09 au 10 mai 2014. Ils emportent la somme de 61.000 Fcfa chez la première victime cité et dépossèdent la seconde d’un montant de 130.000 Fcfa.

Dans la nuit du 10 au 11 mai 2014, vers 03 heures, un corps sans vie criblé de balles est découvert en bordure du fleuve Logone au quartier Ngargouzou- Kousseri. Sur les lieux, sont retrouvées 02 douilles de 5,56 mm et l’enquête des forces de sécurité conclut à une opération punitive de la secte islamiste. Le nommé Malloum Boukar dit Alhadji Garé, né vers 1975 à Homaka, est froidement abattu par deux individus non identifiés armés de fusils de guerre au quartier Mbarmaré-Maroua aux environs de 19h. Selon des sources sécuritaires, cet assassinat qui s’est déroulé dans la nuit du 16 au 17 mai 2014, portait la signature de Boko Haram.

Cette même nuit, des membres de la secte Boko- Haram, lourdement armés, ont fait une incursion à Waza où ils ont attaqué une base d’une entreprise chinoise de travaux publics chargée du bitumage de la route Mora- Kousseri, tuant le sergent Abdoul Bouba du Bataillon d’intervention rapide. 03 autres militaires, 01 Chinois et 01 chauffeur employé par l’entreprise ont été blessés par les assaillants qui ont aussi kidnappé 10 Chinois et emporté 12 véhicules appartenant à l’entreprise chinoise.

Toujours dans la nuit du 16 au 17 mai 2014, des membres de la secte Boko-Haram ont fait une incursion à Kerawa dans le but d’attaquer le commissariat spécial et une position de l’armée.

Les assaillants sont repoussés et le corps de l’un d’entre eux découvert. Une arme de marque RCG4 est également récupérée par les éléments du BIR. Quelques jours avant, précisément dans la nuit du 14 au 15 mai 2014, des individus armés non identifiés s’étaient introduits au domicile de Boukar Madi à Tolkomari-Kolofata, dans le département du Mayo-Sava.

Les assaillants qui se réclamaient de la secte Boko- Haram avaient blessé leur victime par balle au motif qu’elle collaborait avec les forces de maintien de l’ordre.

Juste un moment de répit. Une embarcation partie de Darak dans la matinée du 23 mai 2014 à destination du Nigeria était attaquée dans la zone de Hilé-Alifa par un groupe d’individus armés appartenant à la secte. Tahirou Ousseni, conducteur de la pirogue, est abattu par les assaillants. La veille, aux environs de 24h 30 mn, cinq individus non identifiés, armés de fusils de guerre et de machettes s’étaient introduits au domicile de Yougoudoum, chef traditionnel de 3e degré de Yegoua-Kolofata dans le Mayo-Sava. Le maître des lieux est aggressé avant d’être dépossédé d’une moto neuve, des objets de valeur et d’une forte somme d’argent.

Le 27 mai 2014, ce sont 02 ressortissants nigérians qui trouvent la mort au cours d’une attaque perpétrée par des individus armés dans le village Guitsinad-Hitawa, une bourgade située dans les environs de Tourou (Mayo-Tsanaga). Ishaya Ldaga, de nationalité camerounaise, quant à lui est blessé à la jambe gauche.

Dans la matinée du 30 mai 2014, 04 corps sans vie criblés de balles sont découverts dans le village Guederou par Kolofata (Mayo-Sava) par les populations qui ont déclaré ignorer tout de l’identité des victimes.

JUIN 2014

Des individus non identifiés attaquent le siège du Tribunal militaire de Maroua sis au quartier Dougoi, dans la nuit du 06 au 07 juin 2014, vers 23 h, à l’effet de s’introduire
dans le magasin des scellés.

Dans la journée du 07 juin 2014, les membres de la secte Boko Haram attaquent des éléments du BIR postés à Blagochi du côté de Tourou (Mayo-Tsanaga). Les assaillants venus à bord de 02 pickup font une victime parmi les forces de défense, le caporal chef Adjoro et blessé le sergent Oulbaïssou. Deux riverains, victimes de balles perdues, dont un certain Zarwa Guidjawa, trouvent également la mort. Un autre est blessé, toujours par balle, et une jeune fille est embarquée de force par les éléments de Boko Haram.

Du côté des assaillants, deux corps ont été retrouvés de même que deux armes AK 47 et de nombreuses munitions. Les forces camerounaises détruisent également un pick up. Dans la nuit du 14 au 15 juin 2014, suite à un tuyau obtenu par des éléments du 34e BIM de Kousseri, une importante quantité d’armes et de munitions (34 armes AK47; 31 boîtes de chargeurs;01 mitrailleuse à gaz de fabrication chinoise calibre 12,7 ;778 munitions de AK47 ; 440 munitions de AK80) sont découvertes et saisies dans la localité de Lariski dans l’arrondissement de Makary.

Le lendemain à Kerawa, toujours dans la nuit, des assaillants armés exécutent le chef de quartier Dagolé- Kerawa, Alhadji Oumaté, âgé de 50 ans, et un certain Bayo, âgé de 30 ans. Le même jour, 03 corps non identifiés criblés de balles sont découverts à Mozogo (Mayo-Tsanaga). Le 21 juin 2014, des membres de Boko Haram attaquent les populations de la localité de Manawachi-Kerawa dans l’arrondissement de Kolofata où ils dépossèdent des habitants de leurs motocyclettes.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

A la suite de l’intervention des éléments du BIR, ils abandonnent des motos qui seront restituées aux légitimes propriétaires. Mais pendant leur fuite, les assaillants ont toutefois réussi à emporter leurs camarades blessés. Le lendemain, le camp du 35eme BIM en poste avancé à Kidjimatari-Kolofata est attaqué dans la nuit par des éléments de la secte Boko Haram à bord de 02 véhicules pick-up et une trentaine de motos.

Un soldat camerounais est blessé au cours de cette opération. Dans la matinée du 25 juin 2014, le corps sans vie du nommé Alhadji Moustapha, né vers 1968 à Amchidé, est découvert dans la localité de Tildé-Dabanga. Il a été tué au cours d’une opération du Bataillon des troupes aéroportés (Btap). Le nommé Abba Ali Goni, né vers 1968 à Magdemé, localité de l’arrondissement de Mora, est assassiné à son domicile dans la nuit du 29 au 30 juin par 02 individus armés, présumés membres de la secte Boko Haram.

JUILLET 2014

La brigade de gendarmerie de Zina est attaquée dans la nuit du 08 au 09 juillet 2014 par des assaillants armés non identifiés. Ils blessent grièvement le maréchal de logis François Ndjiedougou, seul de service, avant d’emporter plusieurs armes et munitions (07 FAL, 09 P.A, 02 AK47, 01 PM MAG 50, 01 PM MAT 49, 02 PM Beretta) dont 01 FAL et 01 PM MAT 49 appartenant au poste frontière de la sûreté nationale de Zina. 03 gardés à vue dans ladite brigade sont libérés par les assaillants.

Dans la nuit du 09 au 10 juillet 2014, 09 assaillants armés de fusils AK47 font irruption dans l’enclos à bétails du nommé Oumara à Bamé-Kolofata. Ils assassinent le propriétaire des lieux avant d’emporter du bétail évalué à 57 têtes.

Par ailleurs, dans la nuit du 10 au 11 juillet 2014, une cinquantaine d’individus lourdement armés, attaquent le poste de gendarmerie de Bonderi dans l’arrondissement de Mora. Le gendarme Goni Ngoudja estblessé par les assaillants qui emportent un véhicule de marque Land Cruiser monté d’une arme lourde, une caisse à munitions et 03 motos appartenant aux gendarmes. Modou Blama et Yachim Boukar, âgés respectivement de 37 et 54 ans, sont assassinés par des membres de la secte dans la nuit du 12 au 13 juillet 2014 dans leurs domiciles au quartier Bamé- Kolofata. La même nuit, Bichair Malloum et Yeguié Hachimi, fils du chef de canton de Limani-Mora, sont kidnappés, toujours par les membres de Boko Haram.

Le 18 juillet 2014, le gardien de la paix Séraphin Didier Messi est tué par les membres de la secte Boko Haram à Limani-Mora. L’inspecteur de police Serge Apollinaire Oumben, est pour sa part blessé par balle au cours de la même attaque.

Dans la nuit du 21 au 22 juillet 2014, Alh Fanami estbraqué à son domicile à Ndikina-Waza par des individus armés non identifiés. Les assaillants emportent la somme de 500.000 Fcfa et de nombreux autres articles dans la boutique appartenant au fils de la victime. Sa moto est toutefois abandonnée par les malfaiteurs en fuite à l’approche des forces de maintien de l’ordre.

Le 24 juillet 2014, aux environs de 16 heures, une colonne de la secte Boko Haram, lourdement armée, a fait une incursion dans l’arrondissement de Hilé-Alifa, précisément dans la localité de Bargaram où était basé un camp des éléments du BTAP.

Les assaillants, plus de 200, attaquent ledit camp, tuant au passage six éléments des forces de défense (04 militaires et 02 gendarmes) et blessant grièvement six autres. L’attaque a fait plusieurs victimes parmi la population. En plus d’une dizaine de militaires camerounais disparus, 02 pick-up Land Cruiser, quelques armes lourdes et munitions de service sont emportées par les assaillants.

Le lendemain, 25 juillet 2014, à Kamouna, les membres de Boko Haram tendent une embuscade à une colonne de l’armée venue de Kousseri. L’armée enregistre sa plus grosse perte au cours de cette opération. Plus d’une dizaine de corps ont depuis été récupérés aussi bien à Bargaram qu’à Kamouna. A ce jour, quatre corps sont encore retenus à Kamouna par les éléments de Boko Haram.

Dans la nuit 20 au 21 juillet 2014, plusieurs membres de la secte Boko Haram à bord des motos font une incursion dans le village Naba non loin de Bonderi où ils tuent une femme, blessent un homme et enlevent deux autres personnes. Les assaillants, dans leur fuite, incendient quelques maisons et calcinent des animaux domestiques.

Au petit matin du 27 juillet 2014, des assaillants armés à bord de 08 véhicules et à bord d’une cinquantaine de motos prennent d’assaut la localité de Kolofata. Quatorze personnes sonttuées. Parmi elles, Mamadou Boukar, Julien Woleya, Issa Plata, Alhadji Malloum, Mohamadou Djougoudoum, Moussa, Dasta, François, Madi Talba… Deux gendarmes trouvent eux aussi la mort, les nommés Gaïwé et Adamou. Les assaillants emportent 06 véhicules et kidnappent 17 personnes parmi lesquelles l’épouse du vice-Premier ministre Amadou Ali et le lamido de Kolofata par ailleurs maire de la localité, Seini Boukar Lamine. Une partie de la résidence du vice-Premier ministre s’est consconsumée sous les
flammes.

AOÛT 2014

Dans la nuit du 03 au 04 août 2014, des individus non identifiés tuent 03 personnes dans le village Bourbare et enlevent 04 habitants du village Wahouli, deux localités de l’arrondissement de Kolofata.

Dans l’après-midi du 06 août 2014, une vingtaine d’individus armés membres présumés de la secte Boko Haram font une incursion dans la localité de Zigagué à bord de 09 motos. Ils s’en prennent à la famille du chef de canton de Zigagué et à d’autres usagers de la route qui empruntaient en ce moment la nationale n°1. Leur assaut entraîne la mort de 12 personnes parmi lesquels le gardien de la paix Moussa, 01 soldat du Bataillon d’intervention rapide (BIR) et 01 professeur de l’Enieg de Kousseri, Issa Sambo. En plus de ce massacre, les assaillants ont partiellement incendié une voiture de la police immatriculée SN 4442 et appartenant au poste frontalier de Fotokol. Ils emportent aussi 02 véhicules appartenant au défunt enseignant de l’Enieg et à la chefferie locale. Ils kidnappent également trois enfants et blessent quatre autres personnes.

Deux jours plus tard, dans la nuit du 8 août 2014, aux environs de 1h, des assaillants armés font irruption dans la localité de Tchakramari et abattent par balles les nommés Goni Dramane et Ali Oumar. Ils emportent 05 motos et dépossédent le nommé Ali Adam d’une somme de 100.000 Fcfa.

Le 13 août 2014, le commandant de brigade de Bonderi, un sergent du Btap et un adjudant du Bim sont blessés au cours d’une attaque attribuée aux membres de la secte Boko Haram. Ils emportent un véhicule militaire 4X4 monté d’une MAG.

Des assaillants armés attaquent dans l’après-midi du 17 août 2014, la petite bourgade de Greya dans le Mayo-Sava. Bilan provisoire : 03 personnes égorgées, 300 chèvres et 200 sacs de riz emportés. 17 personnes sont prises en otages pour convoyer et transporter le butin. L’école du village est incendiée, de même que de nombreux manuels scolaires offerts par l’Unicef sont brûlés.

© L’Oeil du Sahel : DAVID WENAI

Populaires cette semaine

To Top