Features

Boko Haram : La Gp et la Bqg au front

militaires_gp_Boko Haram

Une centaine d’éléments de ces corps d’élite vont combattre aux côtés du Bir, au terme d’un entrainement spécial .

Dans son discours prononcé lors de la libération des otages camerounais, le président Paul Biya avait dit sa détermination à éradiquer le phénomène Boko Haram. Dans la nouvelle stratégie, en plus du bataillon d’intervention rapide (Bir) et d’autres corps des forces de défense de l’armée camerounaise, le chef suprême des armées a décidé de l’envoi au front de deux autres unités d’élites, en l’occurrence la garde présidentielle et les éléments du quartier général, dont on connait les missions, et qui sont déjà présents dans la partie septentrionale du pays.

Mardi dernier, le vol cargo de l’armée de l’air camerounaise avec à son bord plus de 300 militaires, s’est posé sur le tarmac de l’aéroport international de Maroua. Une ambiance particulière car contrairement à ce qu’on observe souvent lors du débarquement, celui-ci est différent par la qualité des passagers à bord. En plus des quelques éléments du Bataillon d’intervention rapide (Bir), il faut noter un fait nouveau dans la configuration, la présence d’un fort contingent de la Garde présidentielle, ainsi que les éléments de la brigade du quartier général, chacun avec son paquetage.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il faudra désormais s’habituer avec ces éléments nouveaux sur le terrain des opérations pour la lutte contre la secte islamique Boko Haram. Face à la menace de plus en plus persistante, et les nouvelles méthodes de déstabilisation utilisées par les éléments de la secte islamique, avec la pose des mines anti personnelles, la recrudescence des tirs des obus, le haut commandement a décidé de renforcer le dispositif de sécurité en associant ces deux unités d’élite, dont on connait les missions, ceci dans l’optique d’augmenter la capacité de feu.

A l’issue d’un entrainement spécial qui va durer quelques semaines, les éléments de la Gp et les éléments de la brigade du quartier général, vont descendre sur le théâtre des opérations où ils vont dorénavant combattre auprès des éléments du Bir, qui ont également reçu des renforts lors du débarquement de mardi dernier. Une autre intervention des éléments de la garde présidentielle, après celle de 1997 lors de la riposte de l’armée camerounaise, lors de l’invasion nigériane dans la presqu’île de Bakassi.

© Le Jour : Moïse Moundi

Populaires cette semaine

To Top