Economie

Boko Haram: le FMI prêt à aider les pays en guerre contre le terrorisme

Abubakar-Shekau-boko-haram

Le Fonds monétaire international parle d’assistance technique et financière aux pays engagés dans la lutte contre ce groupe terroriste. Notamment, le Nigeria, le Niger, le Tchad et le Cameroun Le Fonds monétaire international (FMI) est prêt à apporter une assistance technique et financière aux pays d’Afrique subsaharienne en lutte contre le mouvement terroriste «Boko Haram», a déclaré l’économiste principal de l’institution, Maurice Obstfeld, qui s’exprimait, mardi 04 octobre 2016, au cours d’une conférence de presse en prélude aux Assemblées générales des institutions BM/FMI qui s’ouvrent vendredi 07 octobre.

 

D’après les explications de Maurice Obstfeld, la chute des prix du pétrole et une grave situation sécuritaire ont plongé l’économie du Nigeria (considérée comme la première du continent, il y a juste une année) dans la récession. Selon lui, la situation est également difficile dans les autres pays à l’image du Tchad, confronté à la baisse des recettes pétrolières et le Cameroun qui croule sous le poids des réfugiés. Sans oublier le Niger, en proie en l’insécurité, puisque victime lui aussi des exactions de la secte Boko Haram.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« L’insécurité de plus en plus préoccupante a jeté le trouble sur l’économie de ces Etats », a fait remarquer Maurice Obstfeld. D’où l’engagement du FMI qui pourrait notamment « aider à la mise en place d’un cadre plus cohérent de politiques macro-économiques pour faire face à la persistance de la faiblesse des cours des produits de base et pour une meilleure intégration dans le commerce régional et international, tout en contribuant à la détermination des meilleurs investissements susceptibles de contribuer à la croissance ».

Cette assistance pourrait accompagner les politiques budgétaires, monétaires et fiscales, a souligné l’économiste. Mais au-delà de cette perspective d’assistance technique et financière, le FMI reconnaît son « impuissance » face à l’équation sécuritaire qui relève de la souveraineté des Etats auxquels d’autres organisations pourraient éventuellement apporter leur appui dans ce domaine.

Sources

Populaires cette semaine

To Top