Features

Boko Haram enlève l’épouse du vice-premier ministre Amadou Ali

boko-haram-Cameroun-camer24-déserteurs

Le ministre de la Communication a donné un point de presse sur l’attaque du domicile d’Amadou Ali ce 27 juillet.

«A l’heure actuelle, nous ne disposons pas de toutes les données nous permettant de fournir une information plus complète sur les circonstances et le bilan exacts de cette attaque». Les journalistes sont ainsi rentrés du point de presse donné cet après-midi par Issa Tchiroma, le ministre de la Communication (Mincom),  sur leur faim à propos du bilan de l’attaque perpétrée dans la localité de Kolofata ce 27 juillet au petit matin.

Alors qu’en plus de l’épouse du vice-premier ministre, Amadou Ali, dont le ministre de la Communication (Mincom) a confirmé à demi-mots l’enlèvement au cours des événements. Rien à signaler à propos des militaires qui, selon le porte-parole du gouvernement, «ont vigoureusement riposté contre cette agression barbare, et contraint l’ennemi à battre en retraite». D’autres sources parlent pourtant de morts dans les rangs des forces de défense camerounaises. Néanmoins, Issa Tchiroma parle de plus de deux cents assaillants qui ont fait irruption dans cette localité du département du Mayo Sava pour commettre ce forfait.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Désormais, le Cameroun est en pleine guerre. Et le porte-parole du gouvernement a quelque peu avoué l’impuissance du gouvernement à combattre le «groupe terroriste Boko haram» seul.«Au nom du Chef de l’État, je demande à nos populations, ainsi qu’à toute autre personne vivant sur le territoire national, qui détiendrait une information de quelle que nature que ce soit, susceptible d’aider nos forces de défense et de sécurité à barrer la voie à ces agresseurs» a lancé le porte-parole du gouvernement. Et autorise «d’utiliser tous les moyens de communication à leur portée, qu’il s’agisse d’appels téléphoniques, d’envois de SMS, de courriers électroniques, du bouche à oreille ou de la dénonciation directe, pour mettre de telles informations à la disposition des autorités administratives, ou de nos forces de défense et de sécurité». 

 Chamberline Moko

Populaires cette semaine

To Top