Features

Boko Haram: Comment Paul Biya gère la crise avec la France

Mayo-Baléo-président_paul_biya_Rdpc_Cameroun_MISCA

Des sources introduites, l’absence de Paul Biya, chef des armées à la cérémonie d’hommage aux 27 militaires tombés sur le champ de bataille des attaques armées que subissent certaines localités de la région de l’Extrême-nord serait liée à la hantise que suscite l’ambiance dans cette région dans le sérail.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Dans un climat de suspicions et de dénonciations à peine voilées, le chef de l’Etat aurait voulu voir plus clair dans le jeu de certains membres de son gouvernement ainsi que des élites politiques et administratives. C’est que, régulièrement informé au début des événements qui secouent la région de l’Extrême-Nord, Paul Biya aurait depuis quelque temps revu sa grille d’appréciation. De sources constantes, sa présence au sommet Etats-Unis –Afrique et son séjour prolongé en hexagone dénotait du souci de recueillir l’avis de son homologue français sur les mesures à prendre face à la thèse répandu du complot. Un complot, explique une source sécuritaire, qui ne serait pas l’initiative exclusive de quelques acteurs originaires des régions de l’Extrême-nord, du Nord et de l’Adamaoua.

Rien n’est officiel mais une source sécuritaire introduite explique que «la situation actuelle laisse entrevoir l’existence de différentes factions positionnées ou en gestation dans la confrontation des élites politiques et administratives proches du Rdpc et du gouvernement.» Selon cette source, «le président dispose de toutes les données à l’heure qu’il est.» Pour des raisons de convenance stratégique, il serait alors question pour Paul Biya de s’assurer le soutien de certains de ses pairs avant d’engager «sa » lutte contre «le Boko Haram». L’agitation perceptible chez certaines personnalités participerait dès lors du souci de dégager leur responsabilité de probables mesures que devrait prendre le président de la République. Des mesures qui, selon nos sources, devraient être prises au terme de la prochaine Assemblée générale des Nations-Unies.

© J.O.N. | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top