Features

Boko Haram : 13 chefs traditionnels aux arrêts pour complicité

Maroua-Motos-Taxi-3-600px

Le préfet du Mayo Tsanaga les a mis en garde à vue administrative de 15 jours renouvelables pour collusion avec la secte Boko Haram.

Treize chefs traditionnels de l’Arrondissement du Mayo Moskota dans le Département du Mayo Tsanaga sont aux arrêts depuis le 29 décembre 2014. Le préfet du Mayo Tsanaga, Raymond Roksbo,  a pris un arrêté le 29 décembre dernier pour garder à vue les  13 chefs traditionnels de 3ème degré pour des  soupçons de complicité de terrorisme avec la secte islamiste Boko Haram qui pèsent sur eux.

Sous l’ordre du préfet du Mayo Tsanaga, les 13 chefs de villages ont été interpellés et conduits à la compagnie de gendarmerie de Mokolo où ils sont gardés à vue. Les 13 chefs à savoir ;  Ali Mamoudou, Vadsa Maltagui, Jakoua Boukar, Ali Alhadji Boukar, Hourso Lampa, Boujar Ndjigga, Haman Achifa, Abba Made, Lawan Yegha, Malloum Mamoudou, Djougoudoum Lawan, Boukar Blaman et Mendougue André ont été dénoncés selon des sources sécuritaires  comme étant des complices des combattants de Boko Haram.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Détenus à la compagnie de gendarmerie de Mokolo depuis le 29 décembre, les enquêteurs essaient d’établir des liens entre les suspects et les combattants de Boko Haram. Le préfet du Mayo Tsanaga voudrait par son décret du 29 décembre, tirer au clair les différentes attaques et enlèvements survenus dans les villages du Mayo Moskota tels que Nguétchéwe où les religieux ont été enlevés ou encore Achigachia où le camp militaire camerounais a été capturé par les islamistes en Décembre 2014.

Peter KUM

Populaires cette semaine

To Top