Features

Une bataille entre Magloire Fouda et Louis Paul Motaze bloque la mise en service du port de Kribi

terminal_a_conteneurs_du_port_de_kribi

Une autre affaire de bataille qui plombe le fonctionnement d’une importante structure de l’économie camerounaise ! Dans son numéro du 13 juin 2016, Intégration révèle qu’une guerre de tranchées entre le Ministre de l’Économie d’une part, et d’autre part le Secrétaire Général des Services du Premier Ministre, soutenu par les Directeurs Généraux de l’Autorité portuaire et de la MAGZI, bloque la mise en service du Complexe industrialo-portuaire de Kribi.

Voilà près d’un an que l’infrastructure située à Mboro à 35 kilomètres de Kribi est prête. Des techniciens rencontrés par l’hebdomadaire sur le site du port confirment cette information. «L’infrastructure est techniquement prête», disent-ils. «La première phase du port est achevée; tous les installations et ouvrages prévus ont été réceptionnés le 31 décembre 2014», ajoutent-ils.

Au cours d’une récente visite sur le site, Louis Paul Motaze, le Ministre de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT) est allé dans le même sens: «l’option qui a été prise, c’est de faire (dès la première phase) un port complet. Si on vous a fait visiter tout le reste (système d’adduction d’eau, système de fourniture d’électricité autonome) caserne de sapeur‐pompier, magasins d’outils de remorquage…) c’est pour dire que le port a tout pour fonctionner», a-t-il déclaré.

Louis Paul Motaze, par ailleurs, Président du Comité de pilotage dudit projet,  indique avoir élaboré et transmis à sa hiérarchie un avant‐projet de cadre institutionnel d’exploitation et de gestion du Complexe industrialo-portuaire de Kribi du temps où il était Secrétaire Général des Services du Premier ministre, il y a plus d’une dizaine de mois.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

«L’idée de Motaze est de garder le Complexe industrialo-portuaire de Kribi comme un projet intégré avec un centre de décision unique (le MINEPAT) malgré l’entrée en exploitation du port. Elle est inspirée de ce qui se fait à Tanger au Maroc ou le Comité de pilotage du projet a effectué des missions. Mais, selon l’un de ses conseillers, le texte fait l’objet de vives contestations dans le sérail. Le tout sur fond de guerre de positionnement. C’est ce qui, selon la même source, retarderait le processus», explique Intégration.

Au premier rang des opposants à l’idée du MINEPAT,  Magloire Séraphin Fouda, le Secrétaire Général des Services du Premier Ministre, Christol Georges Manon, le Directeur Général de la MAGZI (Mission d’Aménagement et de Gestion des Zones Industrielles) et Josue Youmba, le Directeur Général de l’Autorité Portuaire Nationale (APN).

Le journal indique que «le premier estime que Motaze manœuvre pour garder la main sur tous les grands projets. Le second, dénonce une volonté d’écarter la MAGZI du projet. Et le dernier soutient que cette configuration viole la loi n°98/021 du 24 décembre 1998 portant organisation du domaine portuaire national; laquelle fait du port de Kribi un port autonome».

Des accusations que balaie d’un revers de la main Motaze. «Je suis un peu mal à l’aise. Parce que chaque fois que j’envoie des textes. Les textes disent tutelle du ministère de l’Économie. On dit, il fait, ça parce que c’est lui. Non ! Non! Quand je proposais ça, je n’étais pas ministre de l’Économie», soutient-il.

Comme d’habitude l’arbitrage de Paul Biya est attendu. Surtout que le Complexe industrialo-portuaire de Kribi est le 3e plus grand en Afrique après ceux de Tanger et de Durban. D’un coût de 240 milliards de FCFA, financé par Exim Bank of China, ce port va accueillir les grands navires.

Jean-Marie Nkoussa

Populaires cette semaine

To Top