Features

Le bilan des attentats de Kerawa s’alourdit à 42 morts, une centaine de blessés

attentat-kamikaze-suicide_Maroua_Kerawa

Au moins 42 personnes ont été tuées et une centaine d`autres blessées dans deux explosions dues à des attentats-suicides meurtriers survenus jeudi, jour de marché à Kerawa, localité de la région de l`Extrême-Nord du Cameroun à la frontière avec le Nigeria, selon un nouveau bilan communiqué par des sources sécuritaires.

« Le bilan s`est alourdi. L`on dénombre actuellement au moins 42 morts et une centaine de blessés », a rapporté l`une de ces sources jointe par Xinhua. Les deux attentats ont été commis par deux femmes kamikazes originaires du Nigeria ayant franchi la frontière camerounaise, a expliqué le colonel Didier Badjeck, chef de la division de la communication au ministère de la Défense à Yaoundé joint par Xinhua. « Géographiquement, Kerawa est située au niveau de la frontière. Et c`est aussi le cas du marché de cette localité. Les gens sont arrivés et ont frappé. Ça veut dire qu`ils sont en train de fuir le dispositif que nous avons mis place. Comme ce dispositif sécurisé est bien tissé à l`intérieur du territoire, autour des grandes villes, ils cherchent à nous disperser », a précisé le responsable militaire.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La première des deux kamikazes déclarés s`est justement fait exploser, provoquant une violente explosion, apprend-on, en plein cœur du marché de Kerawa aux environs de 11H30 (10H30 GMT). Les premières faisaient état de 11 morts, essentiellement des civils, selon le bilan provisoire communiqué par le colonel Badjeck. Le deuxième attentat a quant à lui causé 4 morts, a-t-il précisé en outre. Cette attaque a eu lieu au moment où des secours spontanés étaient organisés pour transporter les victimes de la première explosion criminelle au centre de santé militaire de Kerawa, ont par ailleurs indiqué des sources indépendantes qui ont font état d`un bilan total d`environ 30 morts pour les deux attaques.

Les deux kamikazes, qui ont également péri dans les explosions, sont soupçonnés d`être des membres de la secte islamiste nigériane Boko Haram. Ces attaques portent à sept le nombre d`attentats-suicides enregistrés au Cameroun en l`espace de trois mois. Les deux premiers avaient eu lieu vers mi-juillet à Fotokol, autre localité camerounaise frontalière du Nigeria, suivis deux semaines plus tard par trois autres à Maroua, la principale ville de la région de l`Extrême-Nord.

Xinhua

Populaires cette semaine

To Top