Dossiers

Bastos Yaoundé, quartier chic où se côtoient luxe et pauvreté extreme

Basto-Yaounde-Cameroun

Bastos est le quartier de Yaoundé, où se rencontrent la crème de la capitale, la classe moyenne camerounaise et les défavorisés, comme constaté sur place.

Bastos, le coin le plus «In» de Yaoundé, porte bien son nom. Pour cause, le luxe s’affiche et tape à l’œil. Dans cette partie de la ville aux sept collines, les services administratifs, côtoient la détente. Ici, le visiteur est vite frappé par la forte concentration des restaurants (camerounais, africains, asiatiques et européens), des fast-foods, des boulangeries, des supermarchés, des snacks, des pubs, des boutiques, des prêt-à-porter, des boites de nuit, des stations-services, des résidences cossues, des clubs privés de striptease, d’hôtels, des auberges, des clubs de rencontre pour gays, des cliniques, des laboratoires, des pharmacies, des cybers cafés, et des ambassades situées dans l’extension de Bastos à Nlongkak. L’on y trouve tout ce qui donne envie et sensation de bien-être. Les succès stories se comptent ici à la pelle. A Bastos, le glamour s’affiche et attire.

A côté de ces lieux de détente, les services administratifs s’affichent fièrement, direction des Douanes, l’Anor, police, gendarmerie, écoles…Les sportifs ne sont pas oubliés, l’on rencontre à Bastos des clubs de remise en forme et de relaxation, à côté des centres de gymnastiques. Plus l’on avance dans Bastos, plus l’on a l’impression de ne pas être dans un quartier de pays pauvre et très endetté. Les immeubles de haut standing poussent à chaque coin de rue.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En journée, les défavorisés s’activent dans leurs tournedos (restaurant de fortune), en préparant des plats locaux, pour gagner leur vie. Les rues sont bondées de véhicules de transport en commun et autres taxis de couleur jaune. Une fois la nuit tombée, l’on croise tous types de personnes venues pour différentes raisons. Des occidentaux, aux Vip, en passant par la classe moyenne ou quelques défavorisés.

A Bastos, les grosses cylindrées font partie du spectacle quotidien. Elles sont plus visibles à certaines heures tardives. Les propriétaires de voitures de luxes et autres bolides ne sortent qu’avec leurs joyaux dans la nuit, pour ne pas attirer les regards et susciter les interrogations.L’opération épervier a fait des victimes et contraint plusieurs personnes à la discrétion.

Particulièrement célèbre, le rond-point Bastos. Des indiscrétions font savoir qu’ici gays, lesbiennes et prostitués battent le pavé la nuit à la recherche des clients, sans se cacher de la police dans un pays où l’homosexualité n’est pas reconnue par la loi. Des clubs privés pour homosexuels, ont fait leur apparition dans le décor de Bastos. C’est le règne de l’argent. L’on y dépense sans compter. L’alcool coule à profusion dans les snacks et autres. A Bastos, l’on fait la fête du lundi au dimanche.

Armand Ougock via Koaci.com

Populaires cette semaine

To Top