Features

Banane-plantain: Retour progressif vers un mûrissement naturel

Banane-plantain

Les commerçants de Yaoundé recourent de moins en moins aux produits chimiques pour le murissement de la banane-plantain.

Le 15 août dernier encore, il n’y avait pas de banane-plantain mûr au marché du Mfoundi à Yaoundé. Ce n’est pas une affirmation gratuite. C’est que, les commerçants semblent prendre peur. Eux qui, il y a quelques mois encore utilisaient sans complexe, des produits chimiques toxiques pour faire mûrir rapidement la banane-plantain, parce que ne voulant rater aucun client. « Qui a déjà vu la mort venir sans prendre peur. Nous avons été sensibilisés au marché du Mfoundi sur les dangers de l’utilisation du « Mat » sur la banane-plantain qui provoque son mûrissement précoce. Nous avons opté pour des méthodes naturelles même si cela prend du temps surtout, en ce moment où il fait très frais ». Propos de Louise Nga, vendeuse de banane-plantain au marché du Mfoundi le 18 août dernier.

Les étals signalent verts. C’est la couleur de la majorité des régimes proposés aux potentiels clients en ces lieux. « Lorsqu’on les enroule d’abord dans des emballages plastiques et dans les bâches ensuite, nous attendons trois à quatre jours pour qu’ils mûrissent », ajoute la jeune dame. Non loin d’elle, dans les hangars, les emballages en question sont bien visibles. Enroulés puis disposés en paquets, ils n’attendent que le soir pour servir. Ce sont ces emballages qui sont actuellement utilisés par les commerçants pour le mûrissement naturel de ce féculent. Ils coûtent entre 2000 et 4000 F pour les bâches et de 1000 à 2000 F pour les grands emballages plastiques. « Si on attrape l’une d’entre nous avec ce produit au marché du Mfoundi, non seulement la personne est exclue du marché, mais elle paye une amende imposée par le régisseur et sa marchandise sera détruite. Nous avons des échos que cette pratique continue dans certains autres marchés de Yaoundé », explique Mama Madeleine, une autre commerçante.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Au marché Mvog-Atangana Mballa, les consommateurs s’inquiètent encore de cette pratique, même si les commerçants nient en bloc l’utilisation des produits chimiques. « J’ai acheté un régime de banane-plantain hier et tout a mûri ce matin (Ndlr : lundi, 11 août 2014). De toutes les façons, les vendeuses ne pourront pas avouer parce qu’à regarder certains plantains mûrs de près, l’effet de ces produits est visible», déplore Elisa Poundeu, ménagère. « Mon époux est mort de cancer donc, je sais que cette maladie n’a aucun traitement. Pour cette raison, je n’utilise plus ce produit », indique Mama Philomène. Cette dernière a même trouvé une solution assez simple : « acheter des régimes de banane-plantain matures parce qu’ils mûrissent après deux à trois jours. L’essentiel est qu’il soient emballés dans des sacs plastiques recouverts de bâches ».

Avant le lancement de la lutte contre l’usage de produits entraînant le mûrissement rapide à savoir le Mat et l’étephon, ces vendeurs les exposaient dans des bouteilles transparentes. Le client était appelé à contribution pour le mûrissent de son régime de banane-plantain. Ainsi, si vous vouliez avoir du « plantain mûr » en un, deux ou trois jours, vous saviez ce qu’il y avait à faire. Mais, la commercialisation semble se passer sous cape actuellement. Et les commerçants qui en disposent vendent par contenance de 5 litres. Le prix a même augmenté d’après des utilisateurs.


Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG | Cameroo-tribune

Populaires cette semaine

To Top