Features

BAGARRE ENTRE MILITAIRES ET CIVILS À DOUALA

Concours-recrutement-militaires-cameroun-Bertoua-recrues-armée camerounaise

L’affrontement entamé dans un snack-bar au quartier Mambanda s’est achevé à l’hôpital de district de Bonassama, dimanche 26 octobre 2014.

Une bagarre qui opposait militaires et « gros bras » dans un snack-bar au quartier Mambanda à Bonabéri a terminé en affrontement entre les deux camps à l’hôpital de district de Bonassama, où les blessés ont été conduits. Selon les infirmiers de garde dans la nuit du samedi au dimanche 26 octobre 2014, tout a commencé lorsque deux des militaires blessés ont été admis dans la formation sanitaire vers 1h. Un des hommes en tenue présentait un traumatisme crânien. Il a été interné dans le bloc Petite chirurgie et soins intensifs (Pcsi).

Son compagnon d’arme, blessé au bras, patientait à l’extérieur de la salle. Il y a été rejoint par un groupe de cinq « gros bras » qui transportaient les siens, blessés. Armés de machettes et de couteaux, les jeunes hommes ont voulu en découdre avec le militaire. Il a pris la fuite. « Il s’est caché dans le bureau du Major du bloc opératoire. Il y a saccagé des choses en essayant de grimper au plafond. Les autres militaires barricadaient l’entrée du bloc Petite chirurgie et soins intensifs», raconte un infirmier de garde.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les « gros bras » sont repartis avec leurs blessés. Les infirmiers indiquent que les malades, pris de peur, se sont enfermés dans les salles pendant les troubles. Les policiers du commissariat central n°3 et les gendarmes de la brigade territoriale de Bonaberi 1, établis à une dizaine de mètres de l’hôpital, ont été alerté par les vigiles. Ils ne descendront sur les lieux qu’autour de 4h30, bien après le départ des gros bras. « Le matériel qu’on a emprunté à la pharmacie de l’hôpital pour prendre soin des militaires n’a pas été payé. Les militaires ont plutôt menacé les infirmiers lorsque ceux-ci ont demandé qu’ils aillent acheter des gants », confie une source à l’hôpital de district de Bonassama.

Le Jour a appris que le chef d’escadron des militaires est arrivé lundi 27 octobre autour de 6h30, à bord d’une ambulance. Il a signé une reconnaissance de dette pour le matériel médical utilisé. Il a ensuite conduit les hommes en tenue à l’hôpital militaire de région n°2, à Bonanjo. Des habitants du quartier Mambanda indiquent que la bagarre a débuté dans un snackbar samedi soir, où des militaires en tenue consommaient de la bière. Un des hommes en tenue a invité une jeune fille à danser avec lui. Celle-ci s’y est opposée et l’a repoussé. Les « gros bras » qui assurent la sécurité dans le débit de boissons sont allés à la rescousse de la dame, lorsque le militaire a voulu s’en prendre à elle, a –t-on appris.

© Le Jour : Mathias Mouendé Ngamo

Populaires cette semaine

To Top