Features

Bafoussam : le régional de communication veut fermer les radios et télévisions privées

élèves_de_Bafoussam-homosexualité

Pour lui, ces structures de communication, font une concurrence déloyale à la station régionale Crtv Ouest, ainsi qu’à sa radio urbaine Poalah Fm. Les prochains jours s’annoncent pleins de tumultes pour les promoteurs de radios et télévisions implantées dans le chef-lieu de la région de l’Ouest. Car dans une dizaine de jours, précisément le 1er juillet 2015, ils auront à leurs trousses Ekolle Penda. Le délégué régional de la Communication pour l’Ouest a annoncé que ce jour-là, il fera une descente sur le terrain dans l’optique de fermer ces structures qui selon lui, fonctionnent sans autorisation.

Au cours d’une rencontre avec certains concernés, le vendredi 19 juin dernier, le patron de la communication dans la région du soleil couchant, a indiqué que seules la Crtv Ouest et Poalah Fm, toutes deux structures à capitaux publics, ont des licences qui leur autorisent d’émettre dans la ville de Bafoussam. Les huit autres qu’il a énumérées, a-t-il relevé, sont dans l’illégalité.

Et leur existence causerait un préjudice aux deux chaines étatiques susmentionnées. « S’il y a des structures qui se sont battues pour se mettre en règle et que les autres ne veulent pas le faire, ça cause un problème. Puisque toutes reçoivent de la publicité. Ce qui n’est autre que la concurrence déloyale », a expliqué Ekollé Penda. Seulement, pendant les échanges, les responsables des structures pointées du doigt, ont, certains avec documents à l’appui, démontrer que l’acte répressif qui les guette, n’est ni plus ni moins qu’un acharnement de celui-là qui dès sa prise de fonction à l’Ouest, n’a jamais caché son intention à rendre la vie dure aux entreprises locales de presse privée, ainsi qu’aux journalistes de la presse privée exerçant dans cette partie du pays. Outre les radios et télévisions, les organes de presse, les régies publicitaires et câblo-opérateurs, sont dans le collimateur du mandataire de Issa Tchiroma Bakari pour la région de l’Ouest.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Désaccord avec le préfet

Selon le préfet de la Mifi, la campagne de fermeture de ces entreprises de communication devait préalablement avoir lieu le 1er juin 2015. C’est donc dans le but d’en savoir davantage qu’il a fait convoquer toutes les parties prenantes. Et au cours des échanges, Joseph Tangwa Fover s’est montré ahuri à la lumière des explications données par chaque participant. En réalité, contrairement à ce qui lui était allégué, la plupart des représentants des radios et télévisions menacées de fermeture, ont prouvé qu’ils possèdent des documents leur permettant d’émettre provisoirement.

Malgré cela, Ekollé Penda s’est montré inflexible, nonobstant l’appel à la prudence du préfet qui lui a conseillé de se référer à sa hiérarchie avant d’agir. « Je vais fermer. Et ceux qui se sentiront abusés savent bien qu’il y a des juridictions où ils peuvent se plaindre », a-t-il tranché. Seulement jusqu’au terme de la rencontre, le préfet de la Mifi n’avait pas toujours dit s’il mettra ou non des éléments des forces de l’ordre (comme le souhaite Ekollé Penda) pour mener cette opération le 1er juillet.

Populaires cette semaine

To Top