Features

Au tribunal : Ils promettaient des emplois fictifs

justice-lois-verdict-affaire-tcs-droits-tribunal-journalistes

Minsanté et trois autres complices sont détenus dans le cadre du recrutement spécial des 25.000 jeunes dans la fonction publique. Le directeur des ressources humaines du ministère de la Santé publique, Simon Eballe Nzo’o, a été placé en détention provisoire à la prison centrale de Kondengui depuis janvier dernier.

Ce haut cadre de la fonction publique a comparu pour la troisième fois hier devant le Tribunal de première instance de Yaoundé, centre administratif, statuant en matière de flagrant délit. Simon Eballe Nzo’o est poursuivi pour complicité d’escroquerie, faux dans un certificat officiel.

Les sieurs Ndzié et Massa, deux autres détenus, poursuivis dans le même dossier étaient également présents hier devant la Tribunal pour répondre des accusations d’escroquerie, usurpation de titre et faux. Le directeur des ressources humaines du Minsanté a été interpellé dans le cadre de l’opération du recrutement de 25.000 jeunes dans la fonction publique. Il représentait le ministère de la Santé publique au sein de la commission de recrutement dont il faisait partie.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Selon une source proche du dossier, le directeur des ressources humaines avait fait aider en 2012, son voisin Ndzié à monter son dossier pendant la phase de sélection en vue du recrutement à la fonction publique. Au moment où le reporter quittait le Tribunal, le procès enrôlé n’avait pas débuté. Cependant, selon une source proche du dossier, alors que les recrutements avaient pris fin, le voisin bénéficiaire de l’aide, en complicité avec Massa et un troisième complice prénommé Yannick (ce dernier est toujours en fuite), va créer un réseau de recrutement fictif. Ces présumés faussaires disaient à leurs victimes que 7000 autres jeunes allaient être recrutés par les pouvoirs publics pour remplacer les candidats ayant désisté.

C’est ainsi que les trois présumés faussaires réussiront à arnaquer plusieurs personnes à qui ils prendront les sommes allant de 200.000 à 300.000F.Cfa. Les victimes recevaient les reçus de versement. Ayant attendu des années sans être recrutées dans la fonction publique, elles décident de porter plainte contre le nommé Ndzie. Interpellé, celui-ci va indexer Massa comme étant son complice.

Au cours de l’enquête préliminaire, Ndzié indiquera qu’il agissait au nom du directeur des ressources humaines du ministère de la Santé publique. C’est à la suite de cette dénonciation que Simon Eballe Nzo’o, a été interpellé.

© Le Jour : Prince Nguimbous

Populaires cette semaine

To Top