Features

Au nord Cameroun, « toute la population est visée par les attentats »

Cameroun-attentats-suicides-Boko-Haram

L’évêque camerounais de Maroua-Mokolo, Mgr Bruno Ateba Edo, revient sur les attaques régulières dont la région fait l’objet. « Tout le monde a peur des kamikazes », affirme l’évêque de Maroua-Mokolo, Mgr Bruno Ateba Edo, dans un entretien accordé à l’Aide à l’Église en détresse (AED).

L’évêque de cette région du nord Cameroun, particulièrement exposé aux attaques de Boko Haram, évoque notamment l’attaque perpétrée le 19 février sur un marché de la ville de Mémé, et qui a provoqué la mort de plus de 20 personnes après que deux jeunes femmes kamikazes se firent exploser.

« Que ce soit des musulmans, des chrétiens, des païens, c’est toute la population qui est visée dans un marché ! », estime l’évêque.
Frontières

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il pointe la porosité de la frontière au nord du pays, permettant l’infiltration de groupes terroristes : « le problème est près des frontières. »

Interrogé sur les relations entre chrétiens et musulmans, l’évêque camerounais évoque « un bon dialogue, une bonne collaboration ». « Par exemple, les enfants du chef du village fréquentent nos écoles catholiques. Nous avons tous peur des kamikazes, musulmans ou chrétiens. »

La ville de Maroua, chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, est régulièrement le théâtre d’attaques attribuées à Boko Haram.

La Croix

Populaires cette semaine

To Top