Features

Attentat de Kouyapé: Boko Haram est en permanente mutation

Extreme-Nord-Attentat-suicide-kamikaze-Maroua-Boko-Haram

L’autorité administrative recommande que les prières soient désormais supervisées par les membres des comités de vigilance. 13 morts y compris le jeune homme porteur d’explosif et un blessé. C’est le bilan de l’attentat qui s’est produit, hier mercredi entre 5h45 et 5h50, dans une mosquée du village Kouyapé. C’est une localité de l’arrondissement de Kolofata, située à la lisière de la frontière avec  le Nigeria entre les départements du Mayo-Sava et du Mayo Tsanaga.

Selon le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune, en kiosque jeudi 14 janvier 2016, le jeune homme porteur de charge explosive s’est rendu à la mosquée avec les populations pour prier. Juste après la prière, avant que les fidèles ne sortent, il déclenche son explosif. Sur le carreau, il occasionne la mort de 13 personnes y compris la sienne. Un blessé sérieux a été évacué de toute urgence à Koza, localité proche pour y subir des soins.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari, a aussitôt «adresser les condoléances du couple présidentiel à toutes ces familles éprouvées par ces actes barbares et lâches». Il a également demandé à la population de ne pas baisser la garde, de redoubler plutôt de vigilance parce que Boko Haram est en permanente mutation. Pour le gouverneur, «ce qui est fait par les comités de vigilance doit être copié pour être implanté dans les mosquées. Les prières doivent désormais être supervisées par les mêmes membres des comités de vigilance. Ce qui est fait dehors doit également être fait à l’intérieur des mosquées. Que les gens s’organisent ; qu’un premier groupe prie pendant que l’autre veille, et vice versa».

Face aux actions communes de l’armée camerounaise, nigériane et de la Force multinationale mixte, la secte islamique a changé de stratégie. Elle opère à travers des attaques kamikazes. Depuis juillet 2015, plusieurs attaques de ce type attribuées à Boko Haram ont visé des villes de l’Extrême-Nord du pays. Depuis fin novembre, plusieurs opérations de ratissage sont menées dans les localités frontalières de la région de l’Extrême-Nord pour anéantir les islamistes terroristes de Boko Haram. 

Onana N. Aaron 

Populaires cette semaine

To Top