Features

Atangana Mebara toujours interné à l’Hôpital Général

Cour-suprême-Atangana-Mebara-epervier-témoins-Boeing-TCS
Ça va faire à peu près un mois que l’ex-secrétaire général à la présidence de la République, Jean-Marie Atangana Mebara est interné au pavillon Vip de l’Hôpital général de Yaoundé (Hgy). Et pour cause, il souffre d’insuffisance du pancréas.
Alors que certains le croyaient bientôt sur pied et très vite de retour dans sa cellule à la prison centrale de Kondengui, ce ne sera pas le cas. « Il est vraiment atteint », signalait une source médicale proche de l’infirmerie de la prison centrale, comme pour convaincre ceux qui assimilent l’hospitalisation de l’ex- Sgpr à un caprice. Car l’on se souvient que c’est depuis le 02 mai qu’il a été admis en urgence sous soins intensifs à l’Hgy, plombant l’évolution normale de son procès. Il y avait été transporté, on se souvient, après un malaise subit qu’il a eu dans sa cellule.Un mois plus tard, il n’est toujours pas sur pied. En tout cas, pas tout à fait. C’est en tout cas la conclusion qui peut être tirée, à la suite de l’audience d’hier 2 juin 2014. Enième pan de l’affaire Albatros, où l’ex-Sgpr et l’ex ambassadeur du Cameroun aux Usa, Jérôme Mendouga sont poursuivis par l’Etat du Cameroun et le ministère public pour détournement de deniers publics. Il s’agit précisément de la somme de 5 millions de dollars, soit 2,5 milliards Fcfa, allouée à l’aménagement de l’intérieur de l’avion présidentiel Albatros.

Rapport de santé de Jean Marie Atangana Mebara

Pour cette autre audience, l’absence de l’ex-Sgpr est d’emblée remarquable. Son conseil, Me Assira informe le tribunal sur la non stabilité de son état de santé « il est encore interné à l’Hôpital général ». Une sollicitation suit son intervention : « il serait souhaitable qu’on le laisse se soigner sereinement afin qu’il retrouve totalement ses moyens pour retourner le plus rapidement possible au tribunal ». En face, le ministère public qui dit ne pas y voir d’inconvénient à ce qu’il soit absent à la barre pour cause de maladie, demande néanmoins à ce que soit dressé par son médecin traitant de l’Hgy, un rapport sur sa santé. Rapport qui devrait être remis au tribunal, pour lui permettre de traiter de manière plus appropriée ce dossier. C’est donc sur ces entrefaites qu’a été renvoyée l’audience au 18 juin 2014. Est toujours attendue par le tribunal la liste des témoins de l’ex- ambassadeur Jérôme Mendounga qui lui, était pourtant bel et bien présent à cette audience.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

A l’Hôpital général de Yaoundé au pavillon Vip, l’ambiance est tout à fait habituelle ce lundi 02 juin 2014, jusqu’à ce que l’on traverse les lourds battants derrière lesquels sont situées quelques chambres. Ici, l’attention est tout de suite attirée par la présence, au fond du couloir de quelques forces de maintien de l’ordre. En se rapprochant, on peut compter 03 gendarmes et un gardien de prison. Les 03 premiers sont assis sur des chaises. A côté d’eux sont étendus à même le sol 03 matelas. Sur l’un d’eux, est allongé le gardien de prison en question.

Autorisation de communiquer

A leur côté, un monsieur et une dame, tentent en vain d’entrer en contact avec l’ex- ministre qui y est interné. « Vous ne pouvez pas entrer parce que vous n’avez pas d’autorisation de communiquer », leur répondent les gendarmes. Au bout d’un moment, c’est l’ex Sgpr en personne qui fait le déplacement pour venir plaider leur cause. On peut donc à l’occasion lire les ravages de la maladie sur son visage. Il a perdu quelques kilos, ce qui lui donne l’impression d’avoir gagné quelques mètres de grandeur de la taille. Même s’il se veut rassurant « ça va de mieux en mieux », on voit bien qu’il fait beaucoup d’efforts pour tenir debout.

Finalement, il lui est accordé d’avoir un entretien privé avec cet ami de longue date, qu’il connaît depuis « une bonne dizaine d’années ». À notre adresse, Atangana Mebara est plein d’espoir. Il pense pouvoir être sur pied et présent à la prochaine audience, le 18 juin 2014. Mais pour l’heure, il attend de passer d’autres examens complémentaires demain. Seuls les résultats lui permettront de savoir exactement à quand la fin de cet état de santé précaire.

Florette MANEDONG | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top