Economie

Assemblée Nationale: 17 millions de FCFA de frais d’ internet utilisés en un mois

Boko-Haram-Sénat-l’Assemblée-nationale-Cameroun-session-parlementaire-députés-armes

La facture  du mois de juillet que vient de servir  l’entreprise Camtel a mis en émoi la représentation nationale. L’ Assemblée nationale vient de recevoir  les factures d’électricité, de téléphone et d’internet pour le mois de juillet.  Selon le quotidien Le Messager de ce vendredi 21 août 2015 «  si les factures  d’électricité, de téléphone présentent des marges dans les limites de l’acceptables, c’est davantage la note de connexion internet qui fait bondir les quatre questeurs du palais de verre de Ngoa-Ekelle ».

«  Entre 15 et 17 millions de FCFA » relève l’honorable Kamssouloum Abba Kabir ». «  L’ Assemblée nationale n’est pas une start-up ou une structure dans le genre qui consomme beaucoup de connexion internet pour son fonctionnement. Nous avons  tout au plus besoin d’internet pour  les recherches et la messagerie. Rien ne justifie un débit important », explique le député.

Qu’est ce qui explique donc que les factures internet apparaissent aussi salées ? S’interroge le journal. Le député RDPC du Logone et Chari soupçonne les personnels de procéder à des téléchargements ou au visionnage de vidéo en ligne. «  Nous allons lancer une opération de recensement des appareils connectés de l’ Assemblée nationale pour savoir qui consomme quoi. Il apparaît évident  que certains utilisent la connexion internet pour réaliser des travaux qui n’ont rien à voir avec leurs fonctions », soutient- il.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Selon le journal « pour mettre fin à ce laisser aller, et réduire les consommations du palais de verre de Ngoa ekelle, le président de l’ Assemblée nationale a marqué  son accord pour que soit, tout d’abord recensé le matériel connecté, et ensuite que soit menée une campagne de sensibilisation auprès du personnel. Il s’agira de faire l’inventaire de tous les appareils, publics ou privés, utilisées à l’ Assemblée nationale ».

«  De cette façon, nous pourront savoir qui consomme quoi, de sorte à pouvoir identifier les pics de consommation. Ce qui nous permettra de mettre en adéquation ce que nous avons, avec ce que nous devons payer », explique le député  Kamssouloum.

L’autre mesure annoncée concerne l’installation dans les prochains jours d’un contrôleur de bande passante.

Béatrice Kazé

Populaires cette semaine

To Top