Actu'Décalée

Il fait assassiner et inhumer son collègue le même jour

Marcel-Fongang

Les assassins ont été rattrapés par les éléments des forces de maintien de l’ordre. Le corps quant à lui a été exhumé et gardé à la morgue de l’hôpital Laquintini de Douala. C’est un feuilleton digne des scénarios hollywoodien que viennent de vivre les populations du quartier Makepè à Douala.

En effet, l’un des leur, l’homme d’affaire Marcel Fongang, vient de passer de vie à trépas, assassiné par un de ses proches collaborateurs. Les faits relayés par la radio nationale CRTV, remontent au dimanche 28 juin dernier. Le nommé Souhaing Aser Durant, collaborateur et ami de la victime décide de louer un appartement meublé au lieu-dit Denver. Il simule une grosse affaire et invite sur les lieux l’homme d’affaire Marcel Fongang qui n’est autre que son patron. Le meurtrier avait pris le soin d’alerter trois tueurs à gage, des enfants de la rue contre espèce sonnantes et trébuchantes.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

D’après le correspondant de la CRTV dans la région, la victime, arrivée sur les lieux à bord de sa Mercedes est immédiatement neutralisé et exécuté. A l’aide de son propre véhicule, ses bourreaux transportent son corps et vont l’inhumer dans son chantier au quartier Bonandalè par Bonabéri. A son domicile à Makèpè, son épouse et ses deux enfants sont sans nouvelles. Ils signalent la disparition de l’époux et père. C’est ainsi que Mercredi 1er juillet dernier, à la suite de la plainte, les éléments de la police judiciaire du Littoral vont tomber sur le principal suspect à Makèpè. Ce dernier va passer aux aveux complets et permet à la police d’interpeller deux de ses collaborateurs.

Sur instruction du procureur de la République les restes de Marcel Fongang ont été exhumés d’une tombe de fortune de 40 cm de profondeur dans son propre chantier et déposé à la morgue de l’hôpital Laquintini de Douala. Les enquêtes se poursuivent pour déterminer les réels mobiles de l’assassinat. D’après les sources policières, le principal suspect déclare avoir connu la victime par le billet de son épouse qui est devenu son principal collaborateur depuis cinq ans. Une piste, peut-être.

Populaires cette semaine

To Top