Features

Art : des fautes de gestion entraînent la distraction de 20 milliards fcfa

Jean-Louis-Beh-Mengue-art-Cameroun

Le dernier rapport du Contrôle supérieur de l’Etat à l’Agence de Régulation des Télécommunications (Art) met en cause le Directeur général et les membres du conseil d’administration dans une malversation financière portant sur une vingtaine de milliards Fcfa.

De lourdes fautes de gestions ont été attribuées à Jean Louis Beh Mengue, le Directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (Art). Selon le dernier rapport de la mission d’inspection du Contrôle Supérieur de l’Etat (Consupe). Faisant suite au passage effectué dans cette institution entre août 2013 et avril 2014. Au terme de plusieurs irrégularités relevées, la mission a évalué, partiellement, le préjudice financier subi par les caisses publiques du fait de ces fautes de gestion à 20 407 056 773 Fcfa.

Selon le rapport, le directeur général de l’ Art et l’ensemble des 18 administrateurs et dirigeants sociaux de l’Autorité nationale de régulation des télécommunications, parmi lesquels figurent :

  1. Mohaman Sani Tanimou, Dg des Elections ;
  2. Hessana Mahamat, Dag de la présidence de la République, Pca de l’ Art et Sénateur suppléant ;
  3. Pierre Ananga Messina, homme politique et époux de la ministre déléguée auprès du Minader ;
  4. Basile Atangana Kouna, ministre de l’Eau et de l’Energie.

Il leur est aussi reproché d’avoir indûment perçu la colossale somme de 1 026 493 885 Fcfa au titre de divers avantages. Les mêmes personnes ont bénéficié de dotations téléphoniques mensuelles sans fondement juridique évalué à 148 850 000 Fcfa ou encore de dotation en liqueurs, vins et spiritueux pour 213 462 479 Fcfa de la part de Jean Louis Beh Mengue. De plus, sans fondement juridique, les 18 administrateurs et dirigeant sociaux de l’Art ont bénéficié d’une prime spéciale de 1 173 729 955 FCFA.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le rapport considère le Dg du régulateur télécom comme seul responsable de l’institution d’un quota mensuel de téléphone mobile au personnel de l’ Art en marge de l’indemnité de téléphonie incluse dans les états de salaire et du téléphone fixe et à domicile à hauteur de 1 246 320 000 Fcfa, la rémunération du personnel de l’Art en violation de la grille salariale fixée par le conseil d’administration (2 313 943 950 Fcfa), l’institution des comités et commissions chargés d’effectuer les missions reconnues aux différents services de l’ Art moyennant rétribution sous forme de perdiems et d’indemnités (770 445 700 Fcfa), la surfacturation des acquisitions immobilières (2 070 433 349 Fcfa).

Hormis l’abandon des redevances à certains exploitants de réseaux de télécommunications (société Equatorial Communications : 276 086 400 Fcfa et Africa Security Services : 93 960 000 Fcfa). Le Consupe accuse également Jean Louis Beh Mengue de minoration du montant de certaines pénalités dues (3 743 091 703 Fcfa) ou pénalités concédées aux opérateurs de téléphonie mobile Gsm (3 413 660 000 FCFA, dont 2 890 440 000 Fcfa pour la seule société Orange-Cameroun).

Sur les 69 irrégularités qui ont émaillé la gestion de l’Art depuis son entrée en service en 2000, le Consupe déplore une «insuffisance de contrôle du déploiement des réseaux de téléphonie mobile Gsm au cours de la période critique 2000-2005» ou encore l’absence de vérification des chiffres d’affaires annuels déclarés par les opérateurs de téléphonie mobile. Au regard des sommes illégalement dépensées, les consommateurs pourraient s’interroger sur le manque d’argent que le régulateur télécom a brandi récemment pour justifier l’absence de matériel technique pour évaluer la mauvaise qualité de services télécoms qu’ils endurent depuis plusieurs années.

© Source : Aurore Plus

Populaires cette semaine

To Top