Features

Quatre protagonistes aux arrêts dans le scandale bancaire de la Bicec

Bicec_cameroun

Inculpés pour faux et usage de faux, et abus de confiance aggravé, Innocent Ondoa Nkou, l´ancien directeur général adjoint de la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec), Samuel Ngando Mbongue, l´ex-directeur de la comptabilité et de la trésorerie, ainsi que deux prestataires ont été placés lundi en détention provisoire à la prison de Douala.

Rebondissement dans le scandale de détournement de fonds à la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec). L’ex-directeur général adjoint, Innocent Ondoa Nkou, et Samuel Ngando Mbongue, ci-devant directeur de la comptabilité et de la trésorerie, ont été placés le 8 août en détention provisoire à la prison centrale de Douala.

Le juge d’instruction au tribunal de grande instance du Wouri, à Douala, a également écroué deux prestataires de la banque — soupçonnés d’avoir perçu le plus gros des malversations — à savoir Martin Nyamsi, patron du groupe Interface, et Bénoît Ekoka, dirigeant du cabinet Seaca.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Un préjudice estimé à 50 milliards de F CFA

Ces quatre protagonistes sont inculpés pour faux et usage de faux, ainsi que d’abus de confiance aggravé. Ils sont au centre d’une vaste fraude, à coups de surfacturations et production de factures fictives, qui a duré une douzaine d’années au sein de la filiale du groupe français Banque populaire Caisses d’épargne (BPCE). Le préjudice est provisoirement évalué à plus de 50 milliards de F CFA (76 millions d’euros).

Début juin, les actionnaires de la Bicec n’avaient pu cacher leur déception en découvrant le bénéfice de 2015 : à peine 4,5 milliards de F CFA (6,9 millions d’euros), soit une baisse de 63 % sur un an. Les avocats de la Bicec, munis d’un rapport d’audit du cabinet Mazars, avaient déposé une plainte auprès du tribunal de grande instance de Douala.

Source: Jeune Afrique

Populaires cette semaine

To Top