Features

Arrestation des membres de l’ Addec: Le Cameroon people’s party dénonce et condamne

célibataires-kah-walla-Addec

A en croire le parti de Kah Walla, ces pratiques d’un autre âge contrastent de façon radicale avec les principes de droits et de libertés qui sont enseignés au sein de nos institutions universitaires. Aussi apporte-t-il et son soutien permanent à l’Association de défense des droits des étudiants du Cameroun (Addec) et à l’ensemble de ses membres.

Selon un communiqué signé dimanche 12 octobre 2014 par le président du conseil exécutif de l’Association de défense des droits des étudiants du Cameroun (Addec) Batoum Thierry, son secrétaire général, Tchaleu Barthélémy et son secrétaire aux logements, Nana Clovis, ont été arrêtés et bastonnés sur le campus de l’Université de Yaoundé I sur ordre du recteur, le Pr Maurice-Aurélien Sosso. Depuis cette date, ils sont gardés à vue au commissariat du cinquième arrondissement, où Tchaleu Barthélémy a engagé une grève de la faim. A la suite de ces arrestations, le Cameroon people’s party réagit. Dans un communiqué de presse intitulé « arrestation abusive des étudiants de l’ Addec : nos droits et libertés plus que jamais en danger ! » signé du secrétaire général, le party que dirige Kah Walla dénonce et condamne fermement, «ces pratiques d’un autre âge qui contrastent de façon radicale avec les principes de droits et de libertés qui sont enseignés à ces étudiants au sein de nos institutions universitaires». Et rappelle son soutien permanent à l’Addec et à l’ensemble de ses membres.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cette autre violation flagrante des droits des étudiants par les autorités universitaires, pense-t-on à la direction de ce parti de l’opposition, vient rallonger la longue liste des abus orchestrés par l’administration universitaire dans l’ensemble des Universités d’Etat ces dernières années. « Cet acharnement vis-à-vis des membres des associations estudiantines de façon générale et de l’ Addec en particulier, traduit la volonté manifeste des autorités de notre pays, d’annihiler les mouvements estudiantins authentiques et autonomes dans les Universités d’Etat au Cameroun». Le Cpp se joint à l’ensemble des organisations de défense des droits de l’Homme engagés dans cette cause. Non sans appeler l’ensemble des Camerounais à se mobiliser pour obtenir la libération de ces étudiants et l’annulation de la décision d’exclusion temporaire de deux années académiques de Tchaleu Barthélémy secrétaire général de l’ Addec et de Batoum Thierry, président ; respectivement étudiants de l’Ecole nationale supérieur polytechnique (Ensp) et de l’Ecole normale supérieure (Ens) de Yaoundé.

© B-P.D. | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top