Features

Après les attentats-suicides de Fotokol, les condamnations se multiplient

Boko-Haram-fotokol-Cameroun

Après le président Paul Biya qui a condamné avec fermeté les « attentats lâches et odieux » commis par les adeptes du groupe terroriste Boko Haram le 12 juillet 2015 à Fotokol, localité camerounaise située en face de la ville nigériane de Gambarou, c’est au tour de la communauté internationale et de la classe politique de dénoncer ces attaques pernicieuses.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini Zuma, dans un communiqué publié sur le site de l’organisation continentale le 14 juillet dernier, a également condamné cet attentat terroriste et exprimé la pleine solidarité de l’UA avec le peuple et le gouvernement camerounais. Sur son site, l’ambassade de France au Cameroun s’inscrit dans la même logique. « Elle condamne dans les termes les plus vifs l’attaque terroriste odieuse qui a frappé Fotokol le 12 juillet », présente ses condoléances aux familles des victimes et réaffirme sa solidarité avec la population camerounaise face au terrorisme. La classe politique camerounaise est aussi montée au créneau pour exprimer la même fermeté à l’égard des auteurs de ces actes barbares.

Rousseau-Joël FOUTE

Populaires cette semaine

To Top