Features

Après le port de Kribi, le Chinois CHEC vise-t-il le chemin de fer Edéa-Kribi-Lolable ?

PORT-DE-KRIBI

Le gouvernement camerounais a signé, le 6 mai 2015 à Yaoundé, un Memorandum d’entente (MoU, en anglais) avec la société chinoise CHEC, pour la réalisation des études de faisabilité du projet de construction de la ligne ferroviaire Edéa-Kribi-Lolablé, qui devra desservir le port en eau profonde de Kribi, infrastructure construite dans la région du Sud du Cameroun par CHEC.

Bien que l’on soit encore très loin de l’attribution du marché pour la construction proprement dite de cette ligne ferroviaire, qui s’intègre dans le plan ferroviaire national, l’on peut tout de même souligner l’intérêt qu’accorde au projet cette entreprise chinoise, qui est en passe de devenir le maillon essentiel de tous les projets construits autour ou en lien avec le port en eau profonde de Kribi.

En effet, après avoir construit les premiers terminaux (conteneurs et polyvalent) et autres infrastructures connexes de cette infrastructure portuaire déjà présentée comme étant la plus importante sur la côte ouest-africaine, CHEC est dans les starting-blocks, en groupement avec le logisticien Bolloré et l’armateur CMA CGM, pour le contrat de concession du terminal à conteneurs. Selon les informations puisées à très bonnes sources, ce groupement est d’ailleurs le postulant ayant fait la meilleure offre financière pour s’adjuger ledit contrat.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Dans le même temps, selon nos sources, la société chinoise CHEC a participé, aux côtés du gouvernement camerounais, à la négociation auprès d’Eximbank of China, des financements nécessaires (750 millions de dollars, soit environ 375 milliards FCfa) pour la construction du second terminal à conteneurs du port de Kribi, deux fois plus grand que le premier.

Par ailleurs, l’on se souvient qu’au moment où elle construisait encore le port en eau profonde de Kribi, la société CHEC a postulé, puis s’est finalement adjugé le marché du dragage du chenal du port de Douala, dans la capitale économique camerounaise, pour un montant total de 18,7 milliards de francs Cfa.

BRM

Populaires cette semaine

To Top