Features

Appel à candidature de Paul Biya: Le milliardaire Alhadji Abbo Mohamadou Ousmanou s’écroule lors de la cérémonie

Alhadji-Abbo-Mohamadou-Ousmanou-RDPC-Douala

Le richissime Alhadji Abbo Mohamadou Osmanou, membre du bureau politique et leader régional du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), âgé de 80 ans a été victime d’un malaise après avoir prononcé son allocution samedi 27 février 2016 à Ngaoundéré. «Paul Biya à 83 ans a encore toutes ses forces pour se représenter pour un nouveau mandat et diriger le Cameroun à bon port», avait-il alors déclaré. Pour lui, Paul Biya est tout à fait capable de diriger le pays avec poigne et (cette fois-ci) le faire émerger.

Sauf que, après ce discours très flatteur à l’endroit du président de la République, l’octogénaire n’a pas pu regagner son siège à la tribune officielle, il s’est écroulé et a été évacué à son domicile où il a reçu des soins intensifs. La cérémonie a été écourtée et des langues se déliaient. «Si lui à 80 ans est tombé, c’est illogique qu’il appelle son grand frère, qui a 83 ans, à aller à l’élection présidentielle de 2018. Les gens veulent s’accrocher au pouvoir mais la nature finit par les rattraper. Nous à la base ne sommes pas d’accord avec cet appel. Ce qui se passe à nos yeux n’est qu’une manipulation politique d’une clique d’élites», tance un militant du RDPC présent au meeting.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cet appel n’aurait donc pas été lancé à l’unanimité par les militants du RDPC de la région de l’Adamaoua. Si certains veulent que les choses restent telles quelles, d’autres souhaitent évoluer. «Nous voulons le changement, le RDPC n’est pas la chasse gardée d’une catégorie de militants. Il faut que ces vieillards comprennent qu’il est temps qu’ils cèdent la place aux jeunes, à une nouvelle génération qui a de la vigueur, et de l’énergie pour tenir les rênes du parti», ajoute un président de sous-section.

Pour le journal Aurore Plus en kiosque ce mardi 1er mars 2016, ces déclarations remettent à l’ordre du jour le conflit de génération qui règne au sein du parti au pouvoir. «Ce n’est pas la première fois que ce type de malaise survient en pleine cérémonie. Amao nous a gâché la fête. Il y’a deux ans de cela à Baledjam, la même chose s’est produite lors des festivités de la fête de la vache», déclare un militant de la Vina, visiblement mécontent. D’après des sources proches des faits, c’est Alhadji Abbo Mohamadou Ousmanou aurait subi le coup de gros travaux abattus pour la préparation de cette manifestation, jumelé à la grande cavaleur qui sévit dans la région.

Géraldine IVAHA

 

Populaires cette semaine

To Top