Features

Amadou Ali : évacué discrètement en France dans un état préoccupant

amadou_ali

Le vice-Premier ministre en charge des Relations avec les assemblées a gagné l’Hexagone hier pour y recevoir des soins médicaux. L’information n’a pas beaucoup circulé dans le sérail, mais elle a fini par fuiter. Le vice-Premier ministre en charge des Relations avec les assemblées, a été évacué hier en France. Selon des sources dignes de foi, c’est en compagnie du médecin du chef de l’Etat, qu’Amadou Ali a quitté Yaoundé dans la matinée à bord d’un aéronef médicalisé.

Si rien n’a filtré au sujet du nom de l’établissement hospitalier qui a accueilli l’ancien garde des Sceaux, l’on sait néanmoins que celui-ci souffre de difficultés respiratoires. Son entourage le dit par ailleurs fragilise depuis le 24 septembre dernier du fait notamment d’une surcharge de travail. Très affecté par la situation sécuritaire à l’Extrême-Nord, le kidnapping de son épouse et les décès de ses proches à la suite de l’incursion terroriste dans sa résidence à Kolofata le 27 juillet 2014, Amadou Ali se serait refugié un peu trop dans le travail ces derniers mois. Des proches révèlent que le vice-Premier ministre passe ses journées entre ses bureaux à l’Assemblée nationale, au Sénat, à la présidence de la République et celui de son domicile. Surmenage ou problème plus sérieux ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Quoi qu’il soit, Amadou Ali (72 ans) qui n’a certes plus la vigueur de ses vingt ans, vivrait également très mal les attaques de ses détracteurs et autres adversaires politiques relativement à sa responsabilité présumée dans la situation sécuritaire dans sa région d’origine. L’on sait que l’ancien secrétaire général de la présidence de la République avait lancé courant juin 2014, une campagne de sensibilisation en faveur des jeunes du Mayo-Sava pour les dissuader de céder aux sirènes des recruteurs d’Abubakar Shekau.

Alors que la secte criminelle Boko Haram, opportunément rebaptisée Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Eiao) multiplie des attaques terroristes et kamikazes dans l’Extrême-Nord, et que l’idée d’un complot ourdi par des ennemis de l’intérieur est serinée notamment par le président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yéguié Djibril (connu pour ne pas être son meilleur ami), l’évacuation sanitaire d’Amadou Ali tombe au plus mal pour ses proches. Médecin de formation, son épouse Agnès Ali, qui a fait l’expérience dans sa chair de la barbarie de Boko Haram durant sa captivité, n’a d’ailleurs pas pu l’accompagner en France, parce qu’occupée à préparer les obsèques de sa mère qui devrait selon toute vraisemblance être inhumée dans les jours à venir.

© Mutations : Yanick Yemga

Populaires cette semaine

To Top