Culture'Urbaine

Ama Tutu Muna investit plus de 2 milliards en matériel de sonorisation

Grâce à la sollicitude du chef de l’Etat, le ministère des Arts et de la culture de Ama Tutu Muna (Minac) a mis à la disposition des artistes musiciens, un matériel ultra sophistiqué de sonorisation et de lumière évalué à plus de 2 milliards Fcfa. Lequel a été présenté samedi 1er mars 2014 à l’esplanade du musée national, en présence de quelques membres du gouvernement.Un concert géant pour inaugurer le nouveau joyau. Plus d’une quarantaine d’artistes musiciens camerounais qui se produisent en live pour tester la puissance et toute la classe de ces nouveaux équipements de dernière génération. Plus de quatre heures de spectacle pour rendre hommage et souhaiter longue vie au chef de l’Etat sans qui cette « grande réalisation » ne serait rendue possible. L’émergence, clament-ils, commence par là. Des stars qui n’ont de louanges qu’à l’endroit du gouvernement camerounais, déterminé, croient-ils savoir, à « garder allumée contre vents et marées, la flamme de l’art musical au Cameroun ». Entre dédicaces, déclamations, mots de gratitude, chansons de remerciements et reprises des titres à succès revus et corrigés pour la circonstance, chacune des stars avait un tour dans son sac. De l’ «Atalaku» à gogo, comme diraient les Ivoiriens.

De Marthe Zambo à Becco Sadey, en passant par Sam Fan Thomas, Ange Ebogo Emérent, Charly Nelle, André Manga, Jacques Greg Belobo, Sanzy Viany, Danielle Eog, Laro, Duc-Z, Njohreur, Patou Bass, Ledoux Marcellin, Jacky Biho, Zonga Maimouna, Prince Afo Akom, etc, les spectateurs, aux rangs desquels, Ama Tutu Muna et Issa Tchiroma Bakary, ont vu défiler une bonne palette d’artistes. Malgré la forte pluie qui s’est abattue sur la ville aux sept collines ce samedi 1er mars en début de soirée, le public a tenu à surmonter le froid vespéral pour découvrir en grandeur nature ces nouveaux équipements dont la quantité et la qualité n’ont d’égal que la bagatelle somme que l’Etat du Cameroun a déboursé pour se l’approprier : plus de 2 milliards Fcfa. De quoi tomber à la renverse.

Opportunité

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En fait, « c’est un matériel ultra puissant et entièrement numérique capable de sonoriser un stade d’une capacité de 20 000 places. Il est doté d’un système relié à un Etel sound qui est la dernière trouvaille en termes de qualité optique du son puisque c’est une espèce de fibre optique qui permet d’avoir une qualité sonore optimale», détaille le bassiste André Manga qui est par ailleurs un expert en question d’équipements de sonorisation. Au total, c’est 64 hauts-parleurs de haute puissance, 12 caissons de bass, des guitares bass, des guitares solo, quatre caméras Hd, une régie son, une régie vidéo avec deux murs qui font 13 m de long. Il y a également 16 microphones sans fil équipés d’un système de back live qui comprend de gros amplificateurs de bass… La crême des crême en matière de son et de light.

Trois ans après l’achat d’un car podium (qui est aujourd’hui en épave), le Minac, dans le souci de « créer une proximité entre les publics et les spectacles; de régler les problèmes de location des équipements pour l’organisation des grands évènements culturels et la formation des artistes à l’utilisation du matériel de pointe », en rajoute à son délire en mettant à la disposition de ceux-ci, un impressionnant matériel. Si on peut être d’accord avec le patron de la culture sur la nécessité d’acquérir un tel matériel, on peut toutefois s’inquiéter de l’opportunité et du destin qui sera réservé à celui-ci. Surtout quand on sait que le fameux car podium acheté en Chine en 2011, avait fini son Cinquantenaire dans un ravin. On avait cru à un moment qu’il serait dépanné et remis en service mais on n’en a plus jamais parlé. Que non !

Archives nationales

Ceux à qui seront confiées la gestion et la maintenance de cet équipement dont le coût aurait suffi à panser plusieurs autres maux dont souffre la culture au Cameroun, seront-ils à la hauteur ? Doper l’art musical c’est peut-être une bonne chose, mais a-t-on songé aux archives nationales qui sont depuis des lustres dans un état de délabrement affligeant ? Situé à proximité de l’ancien Palais présidentiel, le vieux bâtiment colonial croule sous le poids de l’âge. Pis, faute d’avoir une bibliothèque nationale, la Centrale de lecture publique est elle aussi dans un état de délabrement des plus consternants. Tout en fermant les yeux sur ces préoccupations, la ministre Ama Tutu Muna a fait le choix d’un aussi impressionnant équipement qui va considérablement essorer le budget du Minac. On attend de voir.


Christian TCHAPMI

Populaires cette semaine

To Top