Features

Afrique Média émet toujours malgré la sanction du Cnc

Afrique-média-Cameroun-Boko Haram-médias

Malgré la suspension de l’organe de régulation, cette chaîne de télévision émet toujours. Afrique Media ce lundi à Yaoundé. Une pluie vient de tomber dans la capitale. Et certains employés de la chaîne de télévision Afrique Média sont sur le point de quitter leur siège, sis au pied du Palais de congrès.

Mais avant de quitter leurs bureaux, certains reporters s’assurent que leurs éléments ont été bien montés. Avec le monteur, dans une salle, ils s’assurent que tous les sons, les commentaires sont concordants. Dans une grande pièce, qui fait apparemment office de salle d’attente, vu la disposition des fauteuils en cuir et de l’écran plasma vissé sur le mur; se trouve un mini bureau, près duquel est posé une imprimante. Le bureau est vide. «La secrétaire est déjà rentrée», lance un journaliste en service à Afrique Média.

Malgré les sanctions du Conseil national de la communication (Cnc), les journalistes d’Afrique Média ont travaillé. D’après la fiche de reportage, datée du 8 juin 2015, on lit : «Reportages aux ministère de la Santé publique, ministère des Mines et de l’Industrie et du Développement technologique, ministère des Sports et de l’Education physique, ministère des Petites et moyennes Entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat et conférence de presse de la ligue des consommateurs». Sur ladite fiche, on retrouve également les heures des reportages et les libellés des différents reportages sus évoqués. Tous les journalistes programmés pour les reportages sont partis sur le terrain avec le soutien de leur hiérarchie. Hiérarchie qui conteste les décisions du Cnc.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

D’après Albert Patrick Eyah, le directeur de l’information d’Afrique Média à Yaoundé, les décisions du Cnc ne les concernent pas. «Nous contestons avec véhémence ces décisions parce que le Cnc n’a pas suivi la procédure des sanctions. Il a pris une décision nous concernant, sans nous en informer au préalable. Le Cnc a outrepassé ses prérogatives. Il y a une gradation dans les sanctions, et elle doit être respectée. Ils sont de mauvaise foi», pense Albert Patrick Eyah. Dans sa défense, le directeur de l’information précise : «Le Cnc veut faire taire Afrique Média parce que François Hollande, doit arriver au Cameroun.»

Or, sur les ondes de Royal Fm, les motivations sont autres. Les journalistes ont également travaillé comme d’habitude. Et ce, «à cause du fait que nous avons été notifié cet après-midi», explique Jonathan Nti, le promoteur de Royal Fm. «Demain (ce jour Ndrl), nous allons voir ce qu’il y a lieu de faire», a-t-il ajouté. A la chaîne de télévision Ltm, la hiérarchie a pris des avocats pour attaquer la décision du Cnc. D’après un responsable de la Ltm, il y a eu légèreté dans les décisions de l’organe de régulation. Et ce, dans la mesure où « dans le communiqué en anglais notifiant les sanctions aux organes de presse, un présentateur et la chaîne sont suspendus. Pourtant la note en langue française sanctionne uniquement le présentateur. »

© Mutations : Nadine Ndjomo

Populaires cette semaine

To Top