Features

Afrique Media : “Nous continuerons à émettre”

Afrique-média-Cameroun-Boko Haram-médias

Les responsables de la chaîne panafricaine assurent qu’ils ne sont pas concernés par la décision du Conseil national de la Communication. Sur la chaîne de télévision Afrique Media, la rediffusion de l’émission « Le débat panafricain » présenté par Mohamed Bachir Ladan passe aux antennes ce lundi 8 juin 2015. On y voit Jules Njawe, consultant de la chaîne, s’en prendre au Conseil national de la communication (Cnc).

« Le Cnc n’a aucun droit », crie-til à plusieurs reprises. Dans la salle d’attente du bureau du promoteur, Justin Tagouh, où est placé l’écran plat, Jules Njawe va et vient, en jetant des coups d’oeil à son image. «Justin Tagouh m’a demandé de m’entretenir avec vous car il est occupé pour l’instant », nous dit-il. Il tient avant tout à faire une précision : « Le Cnc n’a aucun droit de suspendre notre chaîne. Afrique Media se bat pour la paix et la solidarité du peuple africain. Elle se bat pour mettre hors d’état de nuire les ennemis de l’Afrique », répète Jules Njawe. Malgré la décision du 4 juin 2015 du Conseil national de la communication et portant suspension temporaire d’Afrique Media pour un mois et ses journalistes Mohamed Bachir Ladan et Magne Tadda Juliana présentant respectivement les émissions « Le débat africain » et « Le mérite africain » pour six mois, la chaîne de télévision continue donc d’émettre. « Au même titre que Vox Africa, France 24 ou Jeune Afrique pour la presse, Afrique Media n’est pas une société de droit camerounais », s’offusque Jules Njawe qui explique que le Cnc n’a pas respecté ses textes.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Pour être sanctionné, il faut qu’il y ait au préalable une plainte déposée contre un media comme le cas du Renard. Qui a porté plainte contre Afrique Media ? », s’interroge-t-il avant de conclure que la France est celle qui se cache derrière cette affaire. Jules Njawe est interrompu par la secrétaire. Justin Tagouh s’est « libéré » un instant. Dans son bureau, le promoteur d’Afrique Media cache mal sa colère. Il ne comprend pas pourquoi, au lieu de sanctionner les médias occidentaux (Le Monde, Jeune Afrique, France 24) qui attaquent les « institutions du Cameroun », le Cnc suspend Afrique Media.

« Nous n’avons pas reçu de notification », assure-t-il. « Nous allons continuer à émettre », ajoute Jules Njawe. Pourtant, dans sa décision portant suspension d’Afrique Media pour un mois, le Cnc reproche entre autres à la chaîne, « la généralisation des manquements professionnels », « des accusations non justifiées » et des appels à la haine proférés par des  invités.

© Le Jour : Josiane Kouagheu

Populaires cette semaine

To Top