Les banques centrales préparent la monnaie unique africaine

Posted on mars 10, 2016, 2:40

Alors que l’Union Européenne s’effiloche quelque peu, menacée notamment par une sortie du Royaume-Uni (Brexit) et la crise des migrants, le monde de la finance du continent africain se rapproche chaque jour un peu plus.

Le bureau de l’Association des banques centrales africaines (ABCA) vient ainsi de se réunir cette semaine à Dakar, capitale sénégalaise, au siège de la Banque Centrale des États de l` de l`Ouest (BCEAO), en vue de se pencher sur l’état d’avancement du projet d’intégration monétaire de l’.

A cette occasion, Lucas Abaga Nchama, président de l’ABCA, par ailleurs gouverneur de la Banque des Etats d’Afrique centrale (BEAC), a tenu à rappeler à l’ouverture des travaux que les chefs d’Etat avaient décidé en 1991 à Abuja de la création de trois principales institutions financières devant assurer l’intégration monétaire et financière du continent : à savoir le Fonds monétaire africain (FMA), la Banque centrale africaine (BCA) et la Banque africaine d’investissement (BAI). Selon les acteurs du dossier, la coopération entre la commission de l’Union Africaine (UA), l’Association des banques centrales d’Afrique et les Etats membres de l’UA devrait permettre d’effectuer un travail de préparation et de pilotage du processus de réalisation des projets. Les Etats membres ont ainsi l’intention de signer et ratifier leur statut en vue de favoriser le développement et l’émancipation de l’Afrique.

Selon Lucas Abaga Nchama, la prochaine réunion du conseil des gouverneurs qui se tiendra à Abuja, doit être vue comme une opportunité pour avancer dans la mise en œuvre du programme de coopération monétaire en Afrique. « Ce programme constitue notre cadre de convergence pour construire l’intégration monétaire et financière du continent et préparer l’avènement de la monnaie unique », soutient ainsi le président de l’ABCA, souhaitant ainsi insuffler une nouvelle énergie au projet. Une manière aussi d’inciter les Etats à résoudre difficultés à satisfaire les critères de convergence, poussant le conseil des gouverneurs à proroger, en 2013 à Maurice, la période impartie à la phase III. Cette dernière prévoyant le respect du Ratio Déficit budgétaire / PIB inférieur à 3 %, l’élimination du crédit de la Banque Centrale à l’Etat, un taux d’inflation inférieur à 5 % et un Ratio Réserves extérieures / Importations supérieur à 6 mois. Usant de diplomatie, le président de l’ABCA a toutefois ajouté que le caractère souvent « procyclique » des critères retenus et le manque d’harmonie quant à la façon de les calculer ne simplifiait pas les choses. De ce fait, des travaux seront réalisés en vue d’une révision, les conclusions qui en ressortiront devant être présentées lors du prochain conseil des gouverneurs à Abuja au Nigeria.

De son côté, le Dr Anthony Mothae Maruping, Commissaire pour les affaires économiques de la Commission de l’Union Africaine, s’est voulu encore plus insistant, exhortant les participants à la réunion à « accélérer la mise en place des pré-requis indispensables » à la mise en route du processus d’intégration financière en Afrique.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pour le président de l’Association des Banques Centrales Africaine, le renforcement de l’intégration financière et la coopération bancaire à l’échelle régionale et continentale passera par « l’amélioration des échanges d’informations et la collaboration dans le domaine des activités bancaires transfrontalières ».

C’est dès le 25 mai 1963 que les chefs d’Etats des pays composants l’Organisation de l’unité africaine (OUA), ancêtre de l’Union Africaine (UA), demandaient la mise en place d’un comité économique en charge de produire des études sur les questions monétaires dans la perspective d’une monnaie unique africaine. Cette volonté des chefs d’Etats s’est traduite par la mise en place de l’Association des gouverneurs des banques centrales africaines (ABCA) et des comités sous régionaux de cette institution, laquelle compte à ce jour 39 Banques centrales.

Le 4 septembre 2002 l’ABCA définissait un programme de travail en vue de mettre en place la monnaie unique africaine. Un an plus tard, en aout 2003, l’ABCA avait annoncé qu’en 2021, l’Afrique sera dotée d’une monnaie unique et d’une banque centrale panafricaine.

En août 2015, Lucas Ababa Nchama avait déclaré que ce rêve pourrait devenir réalité d’ici une quinzaine d’année. « Nous sommes en train de travailler. On peut fixer un horizon. Peut-être 2030. Nous avons préféré adopter une approche graduelle. Constituer d’abord des sous-régions. Il y en a six », avait-il précisé. Le gouverneur de la BEAC avait également précisé qu’en vue de « rester conforme à la théorie économique, notamment celles des zones monétaires optimales où il faut d’abord un minimum de convergence macroéconomique au niveau de l’économie réelle avant de passer au monétaire », la préférence avait été donnée à la « constitution de groupements sous-régionaux. » Lucas Ababa Nchama avait alors également affirmé que le projet était réalisable malgré les conventions liant les pays de la zone Franc (CFA) à la France. « C’est comme l’intégration à l’intérieur de la Cémac [Communauté économique et monétaire de l`Afrique centrale]. Un Etat peut décider d’aller avec les autres, comme il peut décider de revenir », avait-il ajouté, rappelant la souveraineté des Etats. Tout en soulignant : « nous ne sommes pas les otages des Français [mais]» des partenaires ». Précisant que les pays d’Afrique francophone avaient signé une convention monétaire avec le Trésor français juste pour la convertibilité extérieure, il avait au final affirmé : « nous sommes libres».

La création d’une monnaie unique qui constitue certes une utopie pour certains … mais que des pays comme la Chine suivent de près …

Selon l’Abca, la concrétisation du projet favorisera, entre autres, d’importants échanges inter- et une intégration projetée depuis un demi-siècle. « S’il y a une intégration africaine avec une population jeune, avec tout ce dont regorge le continent africain, nous sommes capables de rêver qu’avant 2050, comme la Chine l’a montré au monde, l’Afrique est capable de devenir une puissance économique mondiale. C’est dans cette perspective que nous travaillons », avait assuré en août 2015 le gouverneur de la BEAC.


Elisabeth Studer


FavoriteLoadingAjouter aux favoris
Technico-commercial, à Djigicom, A étudié à IUT fotso victor de bandjoun, Habite à Yaoundé, Célibataire, Suivi par 72 personnes

34 Responses to: Les banques centrales préparent la monnaie unique africaine

  1. Anonyme

    mars 17th, 2016

    Arretez de nous distraire avec vos rêves sans concretisations,que des promesses et illusions

  2. Alexis

    mars 17th, 2016

    Je crois fermement à la réalisation de ce projet. Ne vous inquiétez pas. Cette fois-ci les traitres périront. Courage aux initiateurs. Sachez que toute la jeunesse africaine est derrière vous. Courage, Courage et Courage encore .

  3. Bay

    mars 15th, 2016

    Que le Dieu de nos ancêtres guide chacun de ceux qui veulent encore essayer ce qui a causer la mort de Kaddafi, la France avec Sarkozy a fait ce que Hollande pourra faire si on ne se met pas debout Africains. La france a utilisé Ouphouet pour détruire le plan de l’union au temps de Nkuruma, Lumumba…, ils ont utilisé l’Afrique du Sud quand Kaddafi a auser, ils vont certainement utiliser un autre nègre cette fois ci.

  4. adam

    mars 11th, 2016

    O mon seigneur, que DIEU les aide. Et que ceux qui veulent la réalisation de ce projet soient en position majoritaire. J’en suis presque convaincu, la France va torpier ce projet et il y a des Nègros leaders qui diront YES aux maitres français, ansi va l’histoire de l’Afrique. Il faudra réussir ce projet immediatement. Il ne faut pas attendre. Bonne chance!

  5. LE TRES TERRIBLE

    mars 11th, 2016

    Il ne faut pas s’emballer trop vite, l’histoire de l’Euro est la pour calme notre enthousiasme

  6. Badiane

    mars 11th, 2016

    En tout cas ils le cfa nous tues si vous le savez est vous le savez pas. Ils faut la CEDEAO se mettent vites pour chercher là solution pour notre monnaie unique de l’ l’afrique c’est le moment où jamais à bon entendeur salut.?

  7. Pierro Malibang

    mars 10th, 2016

    il faut continuer jusqu’au bout: LA MONNAIE AFRICAINE

  8. Mia Hami

    mars 10th, 2016

    ça a sûrement quelque chose à voir même si on n’en parle pas « La zone de libre-échange des Amériques ou ZLÉA (en anglais : FTAA ; en espagnol et portugais : ALCA) est un projet d’une communauté économique qui aurait pu succéder à l’ALÉNA. Ce projet a été fortement poussé par le gouvernement des États-Unis. Il prévoit la suppression des droits de douanes sur plusieurs types de produits, notamment des produits manufacturés et agroalimentaires.

    Il engloberait 34 pays, soit toute l’Amérique excepté Cuba, la France (DROM), le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

    Ce projet est vivement critiqué, essentiellement en Amérique du Sud, par des associations, des syndicats et des partis politiques car il aurait selon eux des conséquences sociales très négatives. Ce projet est notamment critiqué par l’important MERCOSUR qui regroupe le Brésil, l’Uruguay, l’Argentine, le Paraguay et depuis 2012 le Venezuela. Le projet a également essuyé de nouveaux revers avec l’arrivée au pouvoir du MAS d’Evo Morales en Bolivie, la formation de l’ALBA (Alliance bolivarienne pour les Amériques), l’élection de la socialiste Michelle Bachelet au Chili et de Nestor Kirchner en Argentine, ou encore la victoire en 2004 du Front large en Uruguay.

    Le 27 juillet 2005 : Par un vote très serré (217 pour, 215 contre), le Congrès américain adopte un traité de libre-échange avec six pays d’Amérique latine, l’ALÉAC (Accord de libre-échange d’Amérique centrale), une étape dans le processus de la ZLÉA. Celui-ci comprendra la République dominicaine, le Nicaragua, le Salvador, le Guatemala, le Honduras et le Costa Rica.

    Depuis 2005, ce projet de zone de libre-échange n’a pas été l’objet d’avancement ou de déclarations annonçant une réalisation prochaine.

  9. Austing Salvado

    mars 10th, 2016

    une monnaie unique qui bien évidemment sera complètement dévaluée par rapport à ce qu’elle devrait « normalement » peser dans l’économie mondiale

  10. Lionel Nkm

    mars 10th, 2016

    Israël Ali Alassane Jazeey

  11. Alphas Saliou

    mars 10th, 2016

    Unissons nous d’abord pour stpper aqmi au Mali et bokoharam sinon rien ne vas car la France.les états unis et le Qatar sont derrière tous ça.

    • Anonyme

      mars 13th, 2016

      Bien dit

  12. Khadija Nossir

    mars 10th, 2016

    Grand salut à cette initiation

  13. Dash Nef

    mars 10th, 2016

    Bravo!

  14. Cedric Julio Cesarion Joachim

    mars 10th, 2016

    COURAGE

  15. Jonquille Moline

    mars 10th, 2016

    J’espère juste que c’est pas un fake

  16. Francis Balenguele

    mars 10th, 2016

    de toutes façons c’est inévitable l’Europe s’enfonce dans la crise les Américains sont en quête d’une nouvel guerre pour sauvé leur économie si l’Afrique joue bien sa carte tous c’est pays deviendrons le tiers monde de l’Afrique car quand dans un pays des techniciens et des ingénieurs fabrique des produits qui sont consommé par 1% de la populations simplement parce que c’est produit coute un salaire c’est pays sont condamné a mourir

  17. Jean Foe

    mars 10th, 2016

    Ces rigolots qui nous gouvernent.

  18. Ministre Foncier

    mars 10th, 2016

    L’Afrique doit prendre ces responsabilités. Après tout ce constat temps d’année qui démontre que nous nous faisons exploiter nos richesses par les occidentaux, nous restons au niveau du constat et on ne fait plus rien le changement de l’Afrique c’est maintenant ou jamais.

  19. Gorbi Norbit

    mars 10th, 2016

    Superrrrr

  20. Jay Eastwood-Carter

    mars 10th, 2016

    Ça serait formidable !

  21. Albert Tolda

    mars 10th, 2016

    C’est bien beau mais avons nous déjá une ingénerie propre á l’africaine pour contrer les vautours et assassins techniques bien soudés mondialement.

  22. Carnaud Djoko

    mars 10th, 2016

    On Véra bien c’est pas un claquement de doigt heinnn

  23. Biarmande Espoir

    mars 10th, 2016

    Vraiment si c’est vrai

  24. Diop Abdou

    mars 10th, 2016

    Pfffff on vas faire une monnaie et on vas la garantir avec quoi vu qu’on a pas d’or

    • Gorbi Norbit

      mars 10th, 2016

      Mm le pétrole et l’Uranium c bon

    • Raphael Amani

      mars 10th, 2016

      Gorbi Norbit Le CACAO et le CAFE aussi

  25. Nouria Amougou

    mars 10th, 2016

    En espérant que c’est vrai cette information

  26. Pascale Edang

    mars 10th, 2016

    Enfin on se réveille. Debout l’Afrique tous en avant.

  27. Kenjio Jeutsa

    mars 10th, 2016

    Pourvu que ça soit une réalité on es marre de vos CFA en Afrique

  28. Sylvain Onguene

    mars 10th, 2016

    Pourquoi il faut autant de temps?

  29. Luc Landry Djetchou

    mars 10th, 2016

    Pardon ne nous donnez pas de faux espoirs. En tout cas je m’emploierai à occuper mon esprit par d’autres actualités, en espérant une grande surprise.

  30. Dadié Zetebog

    mars 10th, 2016

    Quel est la position officielle du cameroun sur ce sujet?

  31. David Voufo

    mars 10th, 2016

    Après tant d’années d’esclavage monétaire, il faut quelque chose de sérieux et non une monnaie à l’image de l’UA (je préfère encore ‘OUA) #UE.