Features

Affrontement Eyebe Ayissi-Ndong Soumhet

Eyebe-Ayissi-NDONG-SOUMHET

Le secrétaire général de la présidence aurait, apprend-on, chargé les deux membres du gouvernement de la même mission, au même moment, au même endroit, causant ainsi un télescopage. Plus d’un mois après la «rixe» du 27 juillet à Lobo dans le département de la Lékié, entre le ministre délégué à la présidence chargé du Contrôle supérieure de l’État (Consupe), Henri Eyebe Ayissi, et le secrétaire d’État à l’Éducation de base (Seb), Benoît Ndong Soumhet, des langues se délient enfin et percent la plaie.

Selon des sources généralement crédibles, suite au mouvement de grève observé par des populations de l’arrondissement de Lobo concernées par l’emprise de l’autoroute Yaoundé-Douala, Benoît Ndong Soumhet qui n’avait pas souhaité que la situation pourrisse, avait déjà rapidement pris rendez-vous avec les populations en sa qualité de fils du coin, question de ramener le calme parmi les siens. Le Seb aurait été ensuite approché par le secrétaire général de la présidence de la République (Sg/Pr). Ce dernier, mis au parfum de son initiative, tenait apparemment à encourager l’homme de Konabeng dans son initiative, Lobo étant par ailleurs son giron politique. Davantage galvanisé, l’ancien directeur général de l’Enam (École nationale d’administration et de magistrature) entreprendra d’organiser une rencontre avec les populations grévistes, en étroite collaboration avec les chefs traditionnels, le maire et le sous-préfet. D’après plusieurs indiscrétions, Benoît Ndong Soumhet va alors déployer des moyens financiers et matériels, pour assurer le déplacement et l’encadrement des populations. Selon les mêmes sources, l’ancien Contrôleur d’Etat aurait fait part au Sg/Pr de l’ensemble des démarches qu’il avait entreprises. Ferdinand Ngoh Ngoh aurait alors marqué sa satisfaction tout en lui demandant de se rendre sur le terrain en compagnie des autres membres du gouvernement originaires du département.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Dans le même temps, soutient un autre informateur visiblement très introduit, le Sg /Pr demandera par la suite au Consupe de régler le problème de Lobo en associant les autres élites de la Lékié. Ainsi, Henri Eyebe Ayissi convoque à son cabinet, vendredi 24 juillet, la grande élite du département, ainsi que le gouverneur de la région du Centre. Au cours de ce conclave, le patron de la région du Centre rassure les uns et autres que tout est revenu dans l’ordre à Lobo. Henri Eyebe Ayissi renonce donc visiblement à son projet de descendre sur le terrain. Sauf que, souffle-t-on, il serait encouragé par le Sg/Pr d’aller jusqu’au bout de sa mission, en compagnie des autres élites du département.

Alors que l’ensemble des convives s’apprête à se séparer, rassuré que tout va désormais très bien, Benoît Ndong Soumhet annonce néanmoins à l’assistance qu’il entend rencontrer les représentants des grévistes le lundi 27 juillet à la mairie de Lobo. Le ministre Essimi Menye décide de l’accompagner, Henri Eyebe Ayissi aussi. Selon nos sources, le Consupe obtient du secrétaire général de la présidence de présider la réunion de Lobo. D’ailleurs, c’est grâce à ces mêmes réseaux tapis à Etoudi qu’il parviendra à obtenir le récépissé de déclaration de la manifestation ce même 27 juillet, en lieu et place de Ndong Soumhet. Le scénario du crime se dessine.

Résultat des courses, au moment où doit commencer la rencontre, Eyebe Ayissi bombe le torse et décide à présider la réunion, non sans inviter Ndong Soumhet à quitter : «M. le ministre, trouvez-vous une autre chaise. C’est moi le chef de délégation. Je suis en mission ici. Il m’a été demandé par la présidence d’apaiser la tension.» lance le Consupe au Seb. Et Benoît Ndong Soumhet de rétorquer : «M. le ministre, vous avez tenu votre réunion à votre cabinet vendredi (24 juillet, ndlr). C’est là que se limitait vos pouvoirs. Ici, c’est moi qui ai convoqué cette réunion. J’ai convié toutes les personnes ici présentes. Arrêtons l’usurpation. Prenez la place qui vous convient». La suite, le monde entier la connait.

Du coup, pour avoir donné quitus à l’un et l’autre, le Sg/Pr apparaît finalement comme le pyromane en chef qui aura tiré les ficelles de la bagarre entre deux camarades du parti, membres du même gouvernement, et tous ressortissants du même département. Aujourd’hui, personne ne se demande plus à qui le crime a profité…

Michel Tafou

Populaires cette semaine

To Top