Features

Affaire Paul Eric Kinguè: L’ONU demande à l’Etat du Cameroun de réparer les torts

ONU-Cameroun-Boko Haram

La procédure dont décision vient d’être rendue par l’ONU est en instance à la Cour suprême du Cameroun.

Le 12 novembre 2012, fatigué d’attendre que le droit soit dit dans l’acharnement judiciaire dont il fait l’objet depuis février 2008, Paul Eric Kinguè avait saisi le Groupe de travail de l’ONU qui avait pris position dans les affaires Michel Thierry Atangana et Pierre Desiré Engo sur la détention arbitraire. L’ex-maire de Njombé/Penja vient d’être notifié du fond de sa prison matériellement, de l’avis n° 38/2014 du groupe de travail des Nations Unies, adopté le 29 août 2014. Cet avis qui tient lieu de décision après débats contradictoires entre l’Etat du Cameroun et Paul Eric Kinguè reconnait explicitement l’arrestation et la détention de l’ex-maire de Njombè/Penja comme arbitraire et enjoint l’Etat du Cameroun à mettre un terme à cette situation (détention) qui n’a que trop duré. Par ailleurs, le groupe de Travail des Nations-Unies sur la détention arbitraire, demande à l’Etat du Cameroun de réparer les torts causés à ce détenu, du fait de cette longue détention. Enfin, cet avis/recommandation des Nations Unies, vient mettre un terme sur les débats portant sur la détention arbitraire ou non de Paul Eric Kingue.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En même temps, qu’il vient conforter les avis de toutes les organisations internationales (Amnesty International, Fédération Internationale des droits de l’Homme « Fidh », Transparency International, Commission Nationale des droits de l’Homme et des Libertés « Cndhl ») sur cette détention incompréhensible, qui à jeté le discrédit sur la justice Camerounaise et contribué à ternir de manière irréversible l’image du Cameroun englué depuis plusieurs années, dans des violations barbares des droits de l’homme et piétinements ostentatoires de ses lois internes. Le Cameroun ayant ratifié le pacte international sur les droits civils et politiques n’est-il pas tenu de respecter les décisions rendues par les Nations Unies ?  A titre de rappel, Paul Eric Kingue  a parallèlement à cette procédure dont la décision vient d’être rendue par l’Onu, saisi le comité des Droits de l’Homme des Nations Unies pour la réparation des torts qui lui ont été créés dans la première affaire pour laquelle il était accusé d’avoir détourné 1 400 000 Fcfa, et au terme de laquelle il a été acquitté pour faits non établis. Pour les raisons de cet acquittement, sa plainte à l’Onu exige de l’Etat du Cameroun une réparation de 7 milliards Fcfa.

A ce jour, la procédure dont décision vient d’être rendue par l’ONU est en instance à la cour suprême du Cameroun. Que réserve l’Etat du Cameroun à cet autre cas après les jurisprudences Lapiro, Pierre Desiré Engo et Michel Thierry Atangana ?

© M.S. | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top