Features

AFFAIRE Lydienne EYOUM : Le fils d’Engo écrit à François Hollande

Paul-Biya-Me-Lydienne-Eyoum-Prison

Monsieur Le Président Hollande, n`oubliez pas Me Lydienne Yen Eyoum au Cameroun! Face à l’arbitraire d’un régime totalitaire et en toute humilité, nous ne cesserons jamais d’implorer le « bon cœur » de notre Président à vie aimé Paul Biya, afin qu’il libère enfin, « cette personne », qui n’est autre que l’avocate Franco-camerounaise Lydienne Eyoum séquestrée parce qu’elle aurait « détourné » ses propres honoraires.

Après la grâce partielle accordée par le Président de la République à Mme Jacqueline Sauvage, comment ne pas avoir une pensée particulière pour Me Lydienne Yen Eyoum, pour laquelle l`Élysée devrait s`investir encore plus dans le processus de libération au Cameroun, même si celle-ci – contrairement à Mme Sauvage – ne dépend (ra) pas uniquement de la volonté de François Hollande. En effet, toutes les violences sur les personnes et singulièrement celles faîtes aux femmes sont inacceptables, parce qu`elles procèdent hélas si souvent de la même logique de domination masculine.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Lydienne Yen Eyoum n`est évidemment pas Jacqueline Sauvage (et vice-versa), mais son calvaire carcéral depuis 6 années émane du même instinct d`aliénation de la gente féminine, avec un facteur aggravant au Cameroun: le travestissement institutionnalisé et au plus haut niveau de la vérité. Monsieur Le Président, n`oubliez pas Me Lydienne Yen Eyoum!

Joël Didier ENGO

Populaires cette semaine

To Top