Features

Affaire garde du corps du PAN : Cavaye convoque Laurent Esso et Mebe Ngo’o

CAN-Cavaye-Yeguié-Djibril-contrôle-Boko-Haram

Le président de l’Assemblée nationale tenait à exprimer son mécontentement au sujet des nouvelles infractions retenues contre son garde du corps. Vendredi dernier, le président de l’Assemblée nationale (Pan), Cavaye Yéguié Djibril a « convoqué » dans son bureau à Ngoa-Ekellé, le ministre d’Etat en charge de la Justice, Laurent Esso et le ministre délégué à la présidence de la République, chargé de la Défense, Edgard Alain Mebe Ngo’o. Objectif : exprimer son mécontentement auprès de ces ministres par rapport à la conduite des magistrats militaires sur l’affaire concernant son garde du corps, le capitaine Bouba Simala.

En effet, après investigations, le tribunal militaire a abandonné les infractions retenues à l’encontre de Bouba Simala. Cavaye Yéguié Djibril l’avait accusé « d’actes de terrorisme, d’incitation au braquage et à l’enlèvement ». Le neveu du Pan est désormais poursuivi pour«menaces simples, outrage à corps constitués et violation de consignes». Toutes choses qui déplaisent à Cavaye, qui aurait souhaité que les chefs d’accusation consignés dans l’ « arrêté présidentiel » du 16 juin 2015 restent intacts.

D’après différents informateurs, Laurent Esso et Edgard Alain Mebe Ngo’o ont honoré l’invitation du Pan. Tous les deux ont insisté sur le fait qu’il faille laisser la justice faire son travail dans cette affaire, « au nom du principe de la séparation des pouvoirs ». Au grand désarroi du Pan qui a plaidé pour l’accélération de la procédure. Une autre version fait savoir que ni Laurent Esso, ni Edgard Alain Mebe Ngo’o n’ont cru devoir déférer à la convocation du Pan, arguant de ce qu’ils dépendent du pouvoir exécutif et qu’ils ne sont pas sous les ordres de Cavaye Yéguié Djibril. Mis au courant de la démarche du Pan qu’on dit avoir perdu le sommeil depuis le déclenchement de cette affaire, des parlementaires ont plutôt bien accueilli la réponse du garde des Sceaux et du Mindef.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Joint au téléphone hier, Bruno Ahanda, l’un des plus proches collaborateurs du président de l’Assemblée nationale n’a ni confirmé ni démenti l’information. M. Ahanda a indiqué à Mutations que vendredi dernier, seul le nouvel ambassadeur de l’Allemagne au Cameroun a été reçu en audience par le Pan. Pour lui, dans l’affaire Bouba Simala, il est d’avis que « c’est aux magistrats d’établir les faits, le président de l’Assemblée nationale a pris simplement un acte administratif ».

Le capitaine Bouba Simala a passé quatre heures chez le juge d’instruction mercredi dernier. Il est accusé par son oncle, Cavaye, d’avoir planifié son enlèvement lors d’une séance de sport de maintien au parcours Vita, à Yaoundé.

D’après le député du Mayo Sava, Bouba Simala aurait passé des consignes à ses complices à travers son  Talkie-walkie. Des sources à l’Assemblée nationale jurent, quant à elles, qu’il ne s’agit que de l’aboutissement de la guerre opposant le directeur de cabinet Boukar Abdourahim et Bouba Simala. Ce dernier et Cavaye ont été très proches sans discontinuer pendant près de deux décennies.

Les magistrats instructeurs ont déjà auditionné une dizaines de personnes en activité à l’Assemblée nationale. Les accusations de Cavaye sont survenues au moment où l’opinion publique s’interrogeait de plus sur les complices de la secte Boko Haram régulièrement dénoncés par le lamido de Mada du haut du perchoir de la chambre basse du Parlement.

Ibin Hassan

Populaires cette semaine

To Top