Football

Affaire du complot anti Eto’o : Finke dément

FinkeEtoo

Ce mercredi après-midi, les journalistes avaient rendez-vous pour un point presse avec certains cadres de l’équipe nationale  de la CAF à Mbankomo, en vue du match Cameroun – Tunisie du 17 novembre prochain, comptant pour les éliminatoires du Mondial 2014.

Face aux  médias :  le sélectionneur Volker Finke accompagné du capitaine  des joueurs Samuel Eto’o fils, et de ses deux vice-caiptaines  Enoh Eyong et Nkoulou Nicolas.

Parmi les questions posées d’entrée de jeu au capitaine Samuel Eto’o, celle relative à un éventuel complot anti-Eto’o, consistant notamment à ne pas lui faire de passe, complot orchestré par certains joueurs le 13 octobre dernier à Radès lors du match  contre la Tunisie.

La réponse de,Samuel Eto’o fût la suivante  : « C’est vrai cette histoire, et c’est regrettable de le dire. Et si à un moment du match je suis descendu au milieu de terrain pour chercher le ballon, c’est parce qu’avant le match, j’avais été mis au parfum de cette information (celle consistant à ne pas lui faire de passe, ndlr). Si à Tunis, j’ai été obligé de jouer comme ça, on ne devrait pas vivre pareille situation dimanche prochain, car il s’agira de défendre le Cameroun pour une qualification en Coupe du monde. Le football, c’est un jeu collectif. Ainsi, vous êtes obligés de donner le ballon à votre pire ennemi surtout quand il est en position de le recevoir. Nous sommes condamnés à nous parler sur le terrain. Maintenant, c’est le moment d’oublier les problèmes qui pourrait exister entre nous, joueurs d’une même équipe. Si un coéquipier ne veut pas me dire bonjour, il est libre, mais nous sommes tous tenus taire nos différends, même si c’est juste le temps de ce match du 17 novembre contre la Tunisie. Et comme l’entraîneur est là, je voudrais lui demander que cette histoire de refus de passe à un coéquipier n’existe plus dans notre équipe nationale. Dimanche, on doit tout faire pour se qualifier. Si Dieu en décidait autrement, que notre sang reste au stade et qu’on ne trouve pas d’excuse pour dire que c’est parce que tel n’a pas passé le ballon à l’autre. »

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

A ce sujet, l’entraineur Volker Finke dément les mots son capitaine. « Je n’ai pas vu cela à Radès. Allez visionner encore ce match. Je l’ai fait plus d’une fois, et je n’ai pas eu l’impression qu’un joueur avait refusé de faire la passe à Eto’o ou à un autre coéquipier. Il peut y avoir animosité entre des joueurs dans un groupe, mais il n’a jamais été question de refuser la passe à Eto’o. Ce sont des histoires d’école maternelle. Moi, je ne crois pas à ça », a rétorqué le technicien allemand.

Ainsi piqué au vif, Samuel Eto’o s’est contenté d’afficher un grand sourire qui faisait défaut à son visage depuis qu’il s’était installé pour cette conférence de presse. Seul dénominateur commun entre les deux interventions, la détermination à mettre leur savoir-faire en œuvre pour que le Cameroun réponde présent dans sept mois au Brésil pour la phase finale de la Coupe du monde. Nicolas Nkoulou et Enoh Eyong ont abondé dans le même sens.

Populaires cette semaine

To Top